La communauté de riders est importante dans la Cité des Loups. Dès lors, quoi de plus logique pour elle que de réclamer des infrastructures adaptées à sa discipline, qu’il s’agisse de skateboard ou encore de trottinette ? Comme Antoine Dersin, gérant du Wallride Boardshop, l’annonçait dans nos colonnes il y a quelques jours, la volonté de pouvoir bénéficier d’un véritable skatepark en centre-ville, accessible et gratuit, est réelle.

Et il entend engager la discussion avec les autorités communales dès que possible. Preuve que son projet séduit, les appuis arrivent parfois de là où on ne les attend pas. S’il nous revient que les éducateurs de rue s’y montrent favorables, la police de La Louvière a elle aussi accepté de relayer la volonté de ces jeunes auprès du bourgmestre de La Louvière, Jacques Gobert (PS). Par un vent favorable, nous avons pu prendre connaissance d’un courrier qui lui a été adressé.

"Dans le cadre de nos activités professionnelles, différentes équipes de police ont été abordées par des jeunes et adultes qui pratiquent ces sports sur la place communale", peut-on lire. "Ces jeunes nous sollicitent pour que nous fassions le relais auprès des autorités politiques et dirigeantes car ils souhaiteraient qu’un terrain extérieur soit dédié à la pratique de ces sports en toute sécurité." La police a en tout cas tenu parole en assurant le relais. 

"Ils nous précisent qu’un début de skatepark avait été envisagé lors du projet Imaginez votre ville et que des subsides avaient été débloqués par la ville, mais que cela n’a jamais été finalisé (…). Les rampes créées sont devenues dangereuses et ils ne peuvent donc pratiquer leur passion sur celles-ci. De plus, aucun endroit adéquat à l’arrière de la cité administrative ne permet la pratique de ces sports car il n’y a pas assez d’espaces et ils se retrouveraient vite sur la voie publique."

Sans surprise, la communauté a rappelé que des projets de skaterpark se développaient dans les grandes villes, notamment Mons, qui a profité de subsides de la ville et de la Région wallonne via Infrasports. Le nom d’Antoine Dersin est à nouveau mentionné, lui qui pourrait "aider la concrétisation d’un éventuel projet sur l’entité de La Louvière." Ce dernier s’est en effet engagé à représenter la communauté pour atteindre cet ambitieux objectif.

Contacté, le bourgmestre de La Louvière n’avait visiblement pas encore réceptionné ledit courrier. "Je n’ai pas été interpellé sur le sujet mais nous constatons en effet l’émergence de nouveaux sports. Un skaterpark serait évidemment intéressant pour nos jeunes mais nous n’avons pas encore étudié la chose", précise-t-il. "Où le mettrait-on ? Sa localisation est extrêmement importante pour éviter des nuisances et donc des difficultés de cohabitation avec le voisinage."

La porte n’est donc pas fermée mais à ce stade, aucune réflexion n’a été initiée à ce propos. "Il y a des choses dont on doit tenir compte. En centre-ville, on imagine mal installer pareilles structures sur une place, qui est par définition susceptible d’accueillir d’autres activités. En périphérie, le choix serait peut-être plus aisé. Nous pouvons y réfléchir." Si elle ne fait plus partie de l’exécutif, l’ex-échevine Leslie Léoni avait de son côté pris position en faveur de la conception de ce skatepark en annonçant sur Facebook " Projet soutenu activement." 

Preuve que dans toutes les sphères, de la police aux élus en passant par les professionnels de terrain, le projet semble être soutenu.