Centre

Deux hommes armés et cagoulés ont fait irruption dans le magasin peu avant la fermeture.

Le service de ce lundi après-midi aurait dû se terminer tranquillement pour le personnel du Carrefour Market de la rue Bel-Air, à Ecaussinnes. Vers 17h15, les caissières et autres travailleurs pensaient servir la dernière vague de clients avant d'aller réveillonner lorsque deux individus cagoulés ont fait irruption dans le commerce. "Ils étaient munis d'armes de poing de type pistolet, ont braqué les caissières et sont partis avec le contenu de deux caisses", explique Axel Derom, le gérant du supermarché.

"Ils pourrissent la vie de mes caissières"

Tout s'est enchaîné très vite. Les deux malfrats ont menacé les deux caissières et ont pris la fuite une fois l'argent récupéré. "Ca a duré maximum une minute. Quelques clients étaient présents dans le magasin à ce moment-là. Il n'y a pas eu de blessé mais l'une des deux caissières a dû être emmenée en ambulance tellement elle était choquée. Heureusement, elle a pu rentrer chez elle dans la soirée après avoir reçu les soins nécessaires. Ces braqueurs pourrissent la vie de mes caissières pour quelques centaines d'euros."

Si cette dame a été autant traumatisée par l'événement, c'est parce qu'elle avait déjà subi un braquage similaire en mai 2017, dans ce même magasin. "Les deux Carrefour Market d'Ecaussinnes ont déjà été braqués plusieurs fois", témoigne le gérant des deux magasins. "En 2017, il y a notamment eu une vague de braquages à Ecaussinnes. Une friterie, une pharmacie ou encore une librairie ont aussi été braquées. Côté sécurité, nous faisons pourtant le maximum pour l'améliorer. La preuve, c'est qu'ils n'ont jamais pu repartir avec davantage que les quelques centaines d'euros des caisses."

La police de la Haute Senne devra désormais enquêter pour tenter d'identifier les auteurs. Les caméras de surveillance du magasin pourront les aider. "L'un des deux hommes était complètement cagoulé, l'autre avait une écharpe sur son visage. La police va recevoir les images et devrait pouvoir les exploiter. Hormis un seul, tous les précédents braquages ont été résolus et les auteurs identifiés et arrêtés", ponctue Axel Derom.