Christelle et sa fille ont été contraintes, comme tous les autres commerces non-essentiels, de fermer leur boutique de vêtements à Binche. Un nouveau coup dur pour cette petite enseigne de l'avenue Wanderpepen qui a dû innover pour s'en sortir. Déjà lors du premier confinement, la boutique Impulsion s'était lancée dans la vente d'article via les réseaux sociaux en postant des photos réalisées sur leur terrasse. Mais cette fois-ci, Christelle est allée encore plus loin.

"Avec la nouvelle fermeture, j'avoue que j'étais complètement démotivée", confie-t-elle. "Puis ma fille a eu l'idée de refaire des photos mais cette fois-ci dans la rue, devant les vitrines des autres commerces. Elle a eu une bonne idée parce que ça permet non seulement de faire notre pub mais aussi celle des commerces en arrière-plan. J'avoue qu'à la base, je n'y croyais pas trop mais finalement ça fonctionne vraiment bien."

Pour le moment, des photos ont été réalisées devant une petite dizaine de boutiques du quartier de l'avenue Wanderpepen. Chaque publication est accompagnée du nom de la boutique servant de décor. Mais l'initiative devrait s'étendre. "Je pense que nous irons aussi par exemple dans la rue Robiano. Les commerces devant lesquels nous avons fait des photos jusqu'à présent sont très contents. Je suppose que personne ne sera contre l'idée d'avoir un peu de publicité gratuite en plus."

Il est vrai que ces petits shootings, mettant en scène essentiellement sa fille devant la boucherie, la sandwicherie, la boulangerie ou l'épicerie du coin, cartonnent déjà sur la page Facebook du magasin Impulsion. Voilà qui une manière de se serrer les coudes gratuitement qui donnera peut-être des idées à d'autres... "Et en plus, cela a permis de vendre déjà pas mal de vêtements", sourit Christelle. 

© DR