C'est la première sur le territoire louviérois depuis de très longues années.

Si La Louvière a connu plusieurs bières qui lui étaient dédiées, elle n’a plus eu de micro-brasserie sur son territoire depuis de très longues années. Un manque qui sera comblé très prochainement puisque deux amis ont décidé de se lancer dans l’aventure houblonnée. D’ici quelques mois, la brasserie Laetare ouvrira ses portes.

Nicolas Recchia et Didier Poncelet sont tous les deux originaires de la Cité des Loups et passionnés par la zythologie. "Nous nous sommes rencontrés au sein d’une association de brasseurs amateurs, il y a plusieurs années. Nous nous sommes longtemps dit que ce serait intéressant de développer un projet professionnel dans notre région", explique Nicolas Recchia.

L’idée était lancée mais a longtemps été repoussée. "Trouver un local n’a pas été si simple. Ceux que nous trouvions n’étaient pas forcément situés à La Louvière mais dans les communes avoisinantes. Il nous tenait à cœur de rester dans notre commune. Il y a quelques mois, nous avons eu l’occasion de louer un local à prix réduit grâce à la maternité commerciale. Cette aide va nous permettre de nous lancer."

Les clés leur seront données le 1er décembre prochain. Après quoi l’aventure pourra débuter. "Nous avons déjà entamé plusieurs démarches, nous avons notamment fait déguster sept prototypes d’american pale-ale à une vingtaine de personnes. C’était plutôt stressant mais les retours ont été positifs, tant du côté des personnes qui n’ont pas l’habitude de ce genre de bière que des habitués. Aujourd’hui, nous sommes vraiment impatients."

Si tout se passe comme prévu, la première bière de la brasserie Laetare pourrait être dégustée lors des premières soumonces, le 25 janvier 2020 donc. "On hésite encore sur le nom de la bière mais ce sera une american pale-ale, une blonde légère à dominante de houblon américain qui lui confère un goût très légèrement fruité."

Dans un premier temps, les deux amis se lanceront à titre complémentaire et garderont donc leur emploi actuel. "L’idée, c’est que dans les deux à trois ans, au moins l’un de nous puisse se consacrer à ce projet à temps plein. Mais chaque chose en son temps, il faudra voir quel est l’engouement autour de ce projet." Les premières bières seront disponibles directement à la brasserie, où quelques dégustations devraient être organisées à raison d’une à deux fois par semaine, mais également dans quelques cafés et commerces de l’entité.

© DR