Une peine de 9 ans de prison ferme a été prononcée lundi après-midi par le tribunal correctionnel de Charleroi contre Patrice B. Ce dernier était poursuivi pour une tentative de meurtre sur un homme à Chapelle-lez-Herlaimont. Le prévenu contestait les faits alors que la victime l'avait identifié comme l'auteur des cinq coups de couteau. Le ministère public avait requis une peine de 10 ans de prison ferme assortie d'une mise à disposition du tribunal de l'application des peines de cinq ans contre Patrice B. 

Patrice B. était suspecté d'avoir commis une tentative de meurtre le 4 avril 2020 à Chapelle-lez-Herlaimont. La police de la zone de Mariemont avait été requise au domicile de la voisine de la victime. Cette dernière avait trouvé refuge sur place après avoir reçu cinq coups de couteau au torse et au dos. À la suite des faits, la victime avait formellement identifié le prévenu comme l'auteur. "Mon client explique dans son audition que le prévenu est arrivé chez lui en lui réclamant 20 euros. Il était dans le canapé lorsqu'il a vu le prévenu venir à sa hauteur pour lui porter un premier coup de couteau au sternum", avait précisé Me Régis Brocca, avocat de la partie civile. "Il l'a également entendu lui dire 'excuse-moi, je dois le faire'".

Le prévenu contestait les faits. "Je n'ai rien à voir avec ça. Je ne vois pas pourquoi il m'accuse. Ça fait 385 jours maintenant que je suis en prison pour quelque chose que je n'ai pas fait", avait expliqué Patrice B. Pour le ministère public, le prévenu était bien l'auteur des faits et avait voulu tuer la victime. "Il y a eu trois auditions du prévenu. À chaque fois, il a changé de version. On a retrouvé l'ADN de la victime sur les vêtements du prévenu."

Une peine de 10 ans de prison ferme, assortie d'une mise à disposition du tribunal de l'application des peines de 5 ans, était requise par la substitute du procureur. Me Thomas Puccini, à la défense, avait plaidé l'acquittement. "Il n'y a pas suffisamment d'éléments pour condamner mon client. La victime avait contracté une dette auprès d'un autre homme. Mais on n'a pas investigué davantage cette piste."