C'est un constat que font beaucoup de responsables associatifs: trouver des bénévoles peut s'avérer compliqué et prendre du temps. Dans l'autre sens, les nouveaux habitants d'une commune ont parfois du mal à trouver des activités associatives qui leur permettront de s'intégrer dans la vie locale. Dès lors, comment permettre aux uns et aux autres d'entrer en contact et de trouver satisfaction?

C'est ce à quoi a réfléchi l'échevin de la culture d'Écaussinnes Dominique Faignart et qui a débouché sur l'adhésion de la commune à "Give a Day", une plateforme développée en Belgique, qui s'adresse aux communes pour les aider à mettre en relation des associations et des bénévoles, qui peuvent utiliser gratuitement l'outil.

"Ça marche un peu comme une application de rencontre, explique Véronique Maes, responsable du Plan de Cohésion Sociale d'Ecaussinnes, chargée de piloter le projet. Un bénévole peut s'inscrire sans avoir un projet en particulier et se décrire. Je sais coudre, j'ai le sens de l'accueil, je sais réparer un vélo, je suis disponible autant d'heures par semaine…De mon côté, je cherche des bénévoles pour ouvrir un Repair Café, je vais m'inscrire en tant que commune ou association et dès qu'un bénévole encode un profil similaire à ce que je recherche, je reçois un message tout comme le bénévole et on pourra se mettre en relation."

L'avantage de cette plateforme par rapport à un réseau social est de centraliser toutes les infos et les demandes liées au bénévolat, là où une publication Facebook s'apparente parfois à une bouteille à la mer. La plateforme Give A Day Ecaussinnes a été lancée il y a une semaine à peine et ne compte pas encore de membre. Tout le travail désormais est donc de la faire connaître. "Nous sommes déjà référencés sur internet, il suffit de taper bénévolat Écaussinnes dans un moteur de recherche pour tomber sur le site."

La commune dispose aussi d'un fichier reprenant toutes les associations écaussinnoises. "Nous allons les préinscrire, les informer de l'existence et de l'usage de cette plateforme et leur proposer de valider ou non leur inscription, à leur convenance."

Pour Valérie Maes, une telle plateforme a un réel potentiel dans la Cité de l'Amour et peut répondre à un réel besoin. "Écaussinnes est une commune très vivante sur le plan culturel et folklorique, qui attire beaucoup de nouveaux habitants par sa proximité avec Bruxelles. On a une nouvelle population qui a envie de s'intégrer et souvent il y a ce réflexe, quand on ne connait personne, de se tisser un réseau de personnes en s'engageant dans une action bénévole. Un exemple: on a créé un potager collectif et une nouvelle habitante a vu l'annonce dans le bulletin communal et vu cette activité comme une occasion de s'intégrer dans la population, de connaître des gens."

Si vous ne voulez pas laisser vos données personnelles, il est possible de consulter les offres écrites par les associations sans inscription. Actuellement, une seule une offre figure sur le site, indiquant que des bénévoles pour le futur Repair Café sont recherchés.

Valérie Maes espère néanmoins se sentir rapidement moins seule sur Give A Day, une fois que les associations écaussinnoises auront surmonté leurs appréhensions. Et si la plateforme décolle, l'ambition est de dépasser les frontières d'Ecaussinnes et de proposer, en collaboration avec les services des communes limitrophes, une plateforme d'échange de bénévolat pour tout le bassin de la Haute Senne.

www.giveaday.be/fr-be/ecaussinnes