Lentement mais sûrement, les rues scolaires font leur apparition dans diverses communes. Le principe est de fermer l’accès de ces rues aux voitures durant les semaines scolaires aux heures de rentrée et de sortie des classes. L’objectif est de sécuriser la voirie lorsque des enfants se trouvent en nombre à l’entrée de l’école et de bannir des abords de l’école la pollution liée aux gaz d’échappement.

Dans la Ville de Soignies, on essaiera le dispositif pour la première fois dès ce jeudi 16 septembre, pour une phase test de 3 semaines dans la rue Félix Éloi. À l’entrée de cette voirie étroite se situe l’implantation primaire des écoles Saint-Vincent. Si, de par sa configuration, la ruelle ne reçoit pas beaucoup de trafic, elle n’est pas sans danger. “C’est une voirie sans trottoir, où les entrées des bâtiments débouchent sur la rue. Cela génère donc un certain sentiment d’insécurité”, explique la bourgmestre Fabienne Winckel.

C’est à la demande du groupe scolaire Saint-Vincent qu’a lieu ce test. Des marquages au sol ont été effectués et des barrières Nadar ont été prêtées à l’école afin de barrer la route suivant des plages horaires définies. C’est le personnel de l’école qui se chargera de la mise en place.

Concrètement, dès jeudi, la rue Félix Éloi sera interdite à la circulation chaque matin de 7 h 45 à 8 h 30 du lundi au vendredi, le mercredi de 11 h 45 à 12 h 20, le lundi, mardi et jeudi de 15 h 30 à 16 h 20 et le vendredi de 14 h 30 à 16 h 20. Durant ces heures de fermeture de la rue Félix Éloi, la place du Millénaire, qui jouxte la rue, sera à sens unique.

L’expérimentation prendra fin le 8 octobre. Une évaluation sera ensuite réalisée auprès de l’école, des parents et des riverains afin de recueillir les points positifs et négatifs et de voir quelles améliorations peuvent être apportées en cas de pérennisation. Pour rappel, l’installation d’une rue scolaire doit répondre à plusieurs critères : l’école et la Commune doivent être parties prenantes et les riverains consultés, le trafic de la rue est essentiellement local et des déviations sont possibles, il n’y a pas de report de nuisances trop important, etc. C'est à Nivelles qu'a eu lieu la première expérimentation de rue scolaire en 2019.