Des renforts policiers ont également été sollicités.

Ce vendredi soir, des centaines de jeunes ont rejoint le site désaffecté de l'ancienne usine BASF, dans le zoning de Feluy. Ils y ont fait la fête durant toute la nuit de vendredi à samedi en n'hésitant pas à pousser le volume sonore de la musique. Le bruit s'est fait entendre à plusieurs kilomètres autour du site, empêchant même de nombreux habitants d'Ecaussinnes de trouver le sommeil.

Selon Bénédicte Poll (MR), la bourgmestre de Seneffe, l'événement n'avait toutefois reçu aucune autorisation. Surprise, la police de la zone de Mariemont s'est rendue sur place durant la nuit pour rencontrer les organisateurs et faire diminuer les décibels. La musique s'est arrêtée vers 8h du matin mais de nombreux fêtards étaient encore présents sur place. La police locale n'écarte pas la possibilité de faire appel à la police fédérale en cas de récidive. Car la rave party est prévue jusqu'à dimanche soir...

"Plusieurs milliers de personnes ont pris possession du site à notre insu", communique la commune de Seneffe. "Vu le nombre de personnes, il est impossible de faire évacuer les lieux par la police. La police est en contact avec les organisateurs pour tenter de limiter les nuisances."

Bénédicte Poll a donc décidé de prendre un arrêté ce samedi après-midi. Celui-ci interdit les rassemblements et les manifestations en lien avec cette rave party, pour une durée d'un mois. "Nous allons aussi solliciter des renforts de police", prévient-elle. Des renforts de la police fédérale vont en effet être appelés si le rassemblement se poursuit. "Les forces de police sont chargées de veiller au respect de l'arrêté, au besoin par la contrainte et/ou la force", est-il écrit.