L'échevine en charge de l'Accueil Temps Libre, Julie Patte (PS), a accueilli quelques journalistes aux Mimosas, à Gosselies, pour présenter la plaine. Une kyrielle d'enfants jouaient dans la cour, peu avant d'aller manger leur soupe de midi.

"On est ravis de retrouver les plaines à pleine capacité cette année, avec les mesures covid il avait fallu limiter à 880 enfants l'année dernière", sourit l'échevine. "Cette année, ils sont 1546 inscrits, sur 13 sites." L'accès aux PEPS, le nom des plaines de Charleroi, coûte 20€ par semaine. C'est la Ville qui prend en charge le reste du coût d'accueil, notamment les 250 encadrants nécessaires.

Les enfants, de 2 ans et demi à 15 ans, y sont nourris et occupés toute la journée. "Pour cette année, on a revu le menu. Avant, on passait par les traditionnels sandwiches, mais en plus de n'être pas top au niveau nutritionnel, il y avait du gaspillage. Cette année on est donc partis sur du potage de légumes frais à midi, et deux collations saines dont au moins un fruit", se félicite Julie Patte.

© van Kasteel

Puisque les adolescents sont un des publics les plus touchés par la crise sanitaire, la jauge d'accueil a été doublée. "On insiste aussi beaucoup sur la culture, dans les activités proposées. Le secteur a besoin de soutien, et les enfants de culture, des opérateurs viennent donc aux plaines pour faire des animations." De fait: les petites têtes blondes carolos monteront notamment une pièce de théâtre, découvriront le cirque, et pourront toucher au monde scientifique avec des animations ludiques. Mais il y aura bien d'autres activités, notamment du géocaching, des énigmes, du sport (VTT, kayak, escalade, balades, paddle, piscine, ...) mais aussi, et c'était visiblement attendu pour cette année, des sorties à l'extérieur, notamment au domaine de Chevetogne et dans des musées. 

"Il faut aussi noter que pour la première fois, les plaines sont entièrement inclusives", ajoute Julie Patte. Sept enfants extraordinaires, porteurs d'un handicap moteur et/ou mental, sont inscrits aux PEPS cette année. "D'habitude, on ne proposait que certains sites bien définis, mais maintenant plus aucune distinction n'est faite. C'est plus facile pour les parents concernés, mais c'est aussi très bon pour les enfants, tous les enfants, de découvrir l'autre. Il faut d'ailleurs remercier la Province, qui met à disposition du personnel spécialisé pour un encadrement réussi."