Charleroi En général, les limitations de vitesse et les distances ne sont pas respectées.

Ce mercredi matin, peu après 9 heures, un chauffeur poids lourd a perdu la vie sur la E42 Charleroi-Mons.

Les faits : à cette heure matinale, les travaux de rénovation sur l’autoroute ont fait ralentir la circulation, peu après la sortie Gouy-lez-Piéton. Trois camions se suivaient, suite à la congestion du trafic, le premier a ralenti, le deuxième a freiné, le troisième n'a pas réussi à piler et s'est encastré, mortellement, dans la remorque du deuxième.

Et c’est loin d’être un cas isolé.

En Belgique , près d’un accident sur six à proximité d’un chantier implique un camion. C’est six fois plus que pour leur implication dans les accidents en général, précisent des chiffres de l’institut Vias pour l’année 2017. 

"Et les accidents impliquant des poids lourds sont systématiquement plus graves , note Benoît Godart, porte-parole de Vias. Les zones de travaux, c’est malheureusement classique. Je ne peux pas m’exprimer sur cet accident en particulier, le trafic plus lent, les changements de bande peuvent jouer sur la distraction des professionnels qui conduisent les camions."

Notons que l’année passée, 2 023 camions ont été impliqués dans des accidents corporels. C’est beaucoup moins qu’il y a dix ans (- 17 %), et tant mieux, mais :

  • sur autoroute, les accidents impliquant des poids lourds sont deux fois plus fréquents que les autres.
  • Près de six accidents de poids lourds sur dix sont des camions qui emboutissent l’arrière d’un autre véhicule, et "le non-respect des limitations de vitesse et des distances de sécurité peut être pointé du doigt", indique Vias.
  • Enfin, les accidents sont nettement plus graves que les autres (+ 13 % de taux de mortalité) quand un camion est impliqué.