Le Taboo fait son vide-dressing

Les participants ont pu vendre, échanger et créer leur propre vêtement.

O.Pâq.
Le Taboo fait son vide-dressing

Ce samedi de 10h30 à 17h30, le centre de jeunes Taboo a organisé son tout premier vide-dressing dans ses locaux, situé rue Basslé 8. Intitulé Fashion action , les participants et visiteurs ont pu acheter et échanger leur vêtement auquel ils ne tenaient plus forcément. " Il y a environ un mois et demi, j’ai émis l’idée d’organiser une vente de vêtements de seconde main sur le lieu de mon ancien stage , explique Anne-Catherine Michot, bénévole au sein du centre de jeunes. L es membres du centre Taboo ont directement adhéré à cette action."

Une organisation tournée vers la récupération. "Nous n’avons rien dépensé. Les sacs ont été créés avec des vieux papiers journaux , continue Anne-Catherine Michot. Les boites à bijoux sont en carton. Nous avons, aussi, installé un vieux drap qui a fait office de tenture pour notre cabine d’essayage."

Durant cette journée, les visiteurs ont donc pu s’acheter des vêtements, chaussures,… dont les exposants souhaitaient se débarrasser. Au total, sept stands ont été installés dans leurs locaux ce samedi. "Nous avons essayé de solliciter un maximum de personnes. Je dois dire que nous ne sommes pas déçus. Beaucoup de gens sont repassés ici après avoir été au marché de Noël de la ville."

En plus des stands, les organisateurs ont, également, prévu des ateliers centrés sur la récupération et la création de vêtements et de bijoux. "T out au long de la journée, nous avions prévu cinq ateliers, qui ont duré environ 30 minutes chacun, raconte la bénévole. Nous avons commencé par un atelier qui a permis de créer nos propres colliers et bracelets. En utilisant toujours des matériaux de récupération. Pour terminer la journée, en collaboration avec le Centre d’Action Laïque (CAL), les visiteurs ont pu venir avec leurs vieux vêtements afin de les customiser comme bon leur semble."

Une deuxième édition est à prévoir à l’avenir. "Nous allons dresser un bilan de la journée mais l’organisation de ce type d’événement pourrait être récurrente dans le futur, lance Anne-Catherine Michot. Je constate, d’ailleurs, que les vides-dressing sont de plus en plus présents dans la région. Cela devient tout doucement une mode, sans doute en raison de la crise économique."


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be