Thuin: le CPAS s’éloigne des turbulences

L’institution compte bien maîtriser ses finances en 2016.

M. Ad.
A nurse serves a beverage to a woman at a residential care home for dependent elderly people (EHPAD) in Lyon on July 2, 2015 as a blistering heatwave swept through Europe. AFP PHOTO / ROMAIN LAFABREGUE
A nurse serves a beverage to a woman at a residential care home for dependent elderly people (EHPAD) in Lyon on July 2, 2015 as a blistering heatwave swept through Europe. AFP PHOTO / ROMAIN LAFABREGUE ©AFP

L’institution compte bien maîtriser ses finances en 2016.

Après quelques exercices difficiles, le CPAS de Thuin voit l’avenir avec optimisme. La présidente Marie-Eve Van Laethem a présenté son budget 2016 aux conseillers communaux. "Il y a un an, nous avons mis en place un corset budgétaire bien nécessaire pour assurer la pérennité de nos actions", explique-t-elle. "Nous avions choisi de redresser la barre en une fois. Nous avons pris des décisions difficiles. Cet effort important qui a touché tous les secteurs de notre CPAS a porté ses fruits et nous permet aujourd’hui de présenter un budget 2016 en vitesse de croisière."

L’institution a opéré une réorganisation des services et du personnel pour réaliser des économies. Les loyers de la maison de repos Le Gai Séjour ont été alignés. Elle a également mis en location de nouveaux logements pour les personnes âgées. Ils sont tous occupés. Enfin, les investissements se limitent au strict nécessaire pour réduire la dette. Celle-ci présente d’ailleurs une diminution de 4 % par rapport à 2015.

Marie-Eve Van Laethem espère poursuivre sur cette lancée de maîtrise des coûts l’année prochaine. Elle sait aussi que des éléments extérieurs peuvent jouer les trouble-fêtes.

"Je pense aux charges que d’autres niveaux de pouvoir et essentiellement l’Etat fédéral peuvent décider sans concertation de faire porter par les CPAS. C’est le cas des exclusions du chômage qui ont un impact très lourd sur nos dépenses."

Sur les neuf premiers mois de cette année, ces exclusions ont coûté 127.000 euros au centre public thudinien. Il recevra un remboursement de 90.000 euros du gouvernement fédéral, mais la présidente estime que, pour 2015, son institution aura déboursé 50.000 euros sur fonds propres pour l’accueil supplémentaire des chômeurs qui bénéficient du revenu d’intégration sociale.

Les travailleurs du CPAS seront d’ailleurs attentifs à l’insertion de ce public dans le monde du travail à l’avenir. Certains seront, par exemple, engagés sous article 60 et 61. Une attention particulière sera également portée aux finances du Gai Séjour qui présentent enfin un léger boni après plusieurs années de perte. "Nous allons retrouver le sourire en 2016. Pas parce que la situation est plus facile, mais parce que nous la gérons au lieu de la subir", conclut la présidente.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be