Le suspect du double meurtre de Sautin obtient le bracelet électronique

Xavier M. (Moriamé), qui est suspecté d'avoir tué sa mère et sa tante le jour de Noël 2014 à Sautin (Sivry-Rance), puis d'avoir brûlé leurs corps cachés dans une voiture dans les bois de Renlies (Beaumont), a comparu jeudi devant la chambre du conseil de Charleroi.

Belga
Le suspect du double meurtre de Sautin obtient le bracelet électronique
©DR

Xavier M. (Moriamé), qui est suspecté d'avoir tué sa mère et sa tante le jour de Noël 2014 à Sautin (Sivry-Rance), puis d'avoir brûlé leurs corps cachés dans une voiture dans les bois de Renlies (Beaumont), a comparu jeudi devant la chambre du conseil de Charleroi. 

Celle-ci a ordonné sa libération sous bracelet électronique. Le 25 décembre 2014, un véhicule incendié était découvert dans les bois de Renlies. Dans le coffre, les enquêteurs avaient retrouvé deux corps calcinés. Ceux-ci avaient rapidement été identifiés comme étant ceux de Danielle et Jacqueline Wallemacq, deux soeurs originaires de Sivry-Rance.

Xavier Moriamé, le fils de Danielle Wallemacq, a rapidement été soupçonné étant donné les relations houleuses qu'il entretenait avec sa mère. Depuis le décès de son père, le jeune homme et sa compagne partageaient effectivement l'habitation familiale avec sa mère.

A plusieurs reprises, la police avait dû intervenir pour mettre fin à des scènes de violence. Fin 2014, Danielle Wallemacq avait même quitté le domicile pour se réfugier chez sa soeur. Le jour de Noël, les deux victimes étaient revenues à Sautin pour discuter. Il semble que Xavier Moriamé se soit alors emporté et ait tué sa mère de plusieurs coups de couteau. Il aurait ensuite fait de même avec sa tante, afin d'éliminer tout témoin.

Interrogé puis relaxé une première fois, Xavier Moriamé a été placé sous mandat d'arrêt en janvier 2015, alors qu'il venait de prendre la fuite en France.

En détention préventive depuis lors, il a sollicité sa libération sous bracelet voici trois mois. Cette demande a été rééditée par son avocat, Me Fabian Lauvaux, jeudi devant la chambre du conseil de Charleroi qui a accédé à cette demande.

Le parquet peut encore faire appel de cette décision, ce qui entraînerait le maintien en détention de l'inculpé jusqu'à sa comparution devant la chambre des mises en accusation de Mons.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be