Père de famille indigne: il regarde du porno devant ses enfants et apprend à sa fille à se faire du bien

Patrick, la quarantaine bien tapée, fait opposition à un jugement le condamnant à 6 ans de prison ferme, notamment pour des faits de mœurs.

L.C.
Père de famille indigne: il regarde du porno devant ses enfants et apprend à sa fille à se faire du bien
©Reporters

Patrick, la quarantaine bien tapée, fait opposition à un jugement le condamnant à 6 ans de prison ferme, notamment pour des faits de mœurs.

Entre le 1er janvier 2010 et le 28 juin 2013, le prévenu est soupçonné d'un attentat à la pudeur commis sur sa propre fille. Cette dernière signale avoir appris à se faire du bien avec un coussin grâce aux conseils de son paternel. 

L'homme aurait été également victime de ses pulsions sexuelles. Ses trois enfants, qui souffrent de troubles comportementaux, l’ont surpris à se masturber devant des films pornographiques sur son ordinateur. 

Le quadragénaire reconnaît avoir porté des coups à ses enfants et à son ex-épouse, en lançant, par exemple, une bouteille de parfum sur son fils. Son ex affirme également avoir été victime de harcèlement et d’une tentative de hacking sur son ordinateur. 

Le père de famille conteste fermement ces préventions. Depuis les faits, Patrick a refait sa vie et retrouvé l’amour depuis 3 ans et demi. Depuis 2012, il ne voit plus ses enfants. L’homme assure suivre une thérapie avec un psychiatre.

Me Régis Brocca a plaidé un sursis probatoire d’une durée de 5 ans afin que son client poursuive sa thérapie pour calmer ses pulsions. L’avocat a épinglé le comportement de la mère des enfants, en estimant que cette dernière, nourrie par la vengeance, souhaite plus que tout enfoncer un maximum le prévenu. Patrick, qui reconnaît avoir regardé des films sans faire attention à la présence ou non de ses enfants, jure n’avoir jamais rien commis sur ses bambins.

Le ministère public ne change pas son fusil d'épaule et souhaite voir la peine de 6 ans ferme de prison confirmée par le tribunal, jugeant que le prévenu, à travers son profil psychologique, représente un danger. Jugement, le 15 novembre.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be