C’est certain : l’année 2021 laissera de mauvais souvenirs à de nombreuses personnes. Force est pourtant de constater qu’il s’agit d’un bon millésime pour la voirie à Charleroi. Rencontre avec l’échevin en charge de la compétence Eric Goffart (C+).

Eric Goffart, la pandémie n’a pas trop impacté l’exécution du programme du Fonds Régional pour les Investissements communaux (FRIC), subsidié par la Wallonie?

Pas du tout, les résultats ont dépassé nos espérances, un chiffre permet d’en prendre la mesure : c’est le total des moyens engagés dans ce cadre depuis le premier janvier. Avec les cinq marchés de rénovation que nous avons attribués cette semaine en collège, cela représente 30,5 millions d’euros et 25 rues en tout ! A cela, il faut ajouter les montants investis sur fonds propres dans l’amélioration de l’infrastructure routière et de la sécurité !

Quelles sont les rues concernées par l’attribution de ces marchés?

A Marcinelle il y a les rues des Bans et Fond Boulet, la rue Warmonceau à Charleroi Nord, la rue de la Cayauderie à Lodelinsart et enfin la rue Lecomte à Dampremy (lire ci contre). Vu l’état de dégradation et la localisation stratégique de ces voiries, il s’agit de chantiers très attendus. Dans tous les cas, les travaux seront réalisés en profondeur et de façade à façade. Ces investissements intègrent le principe STOP qui consiste à prioriser la mobilité douce, l’amélioration de la qualité des espaces publics et l’analyse de l’opportunité de prévoir des pistes cyclables.

A combien l’estimation du coût s’élève-t-elle?

Nous sommes sur 4,37 millions, ce qui très ambitieux. Je me permets d’ajouter qu’une attention particulière a été accordée au vélo, en lien avec mon collègue Xavier Desgain en charge de la Mobilité. Concrètement, nous privilégions la création de sens uniques limités et de pistes cyclables bidirectionnelles sur certains tronçons. Un volet est enfin consacré à la végétalisation des voiries. Il se matérialisera par la plantation d’arbres et d’arbustes