Dans le quartier de la maison de Dutroux, des avis partagés pour le nouveau projet de Jardin Mémoriel

Entre fatalisme, espoir et fond de racisme il reste le traumatisme d’un quartier se sentant abandonné.

Dans le quartier de la maison de Dutroux, des avis partagés pour le nouveau projet de Jardin Mémoriel
©NGOM

Dans le quartier de Marcinelle, les gens ont appris à vivre à côté de la "maison Dutroux". Pour certains voisins, le quartier est actuellement à l’image de la maison, en décrépitude derrière une façade qui elle aussi part en lambeaux.

Quand on évoque avec eux la disparition de la maison de l’horreur, ils sont mitigés. D’un côté, il y a les sceptiques qui pensent que si on avait voulu le faire cela aurait déjà été fait et qu’en 25 ans les pouvoirs publics auraient pu réagir depuis longtemps. Un voisin nous confie que "cela arrange bien de laisser vivre des gens dans un tel quartier. On ne s’en occupe pas on est à côté des rails et en plus on nous laisse avec cette maison devant laquelle on passe tous les jours. Y mettre un jardin est une bonne idée mais 25 ans pour en arriver là, c’est un peu long juste pour ça."

Plus loin, une dame nous accorde aussi quelques mots sur le fait qu’elle ne souhaite pas de ce type de jardin mémoriel. "Mon jardin donne sur l’arrière et j’en vois qui grimpent sur tout pour y rentrer." D’après elle, la vie du quartier a beaucoup changé et le dialogue entre les habitants ne semble pas toujours au beau fixe. Nous stoppons là la discussion avec cette voisine au moment elle pointe la saleté du quartier et se lance dans une diatribe sur les "étrangers". Nous avons bien entendu rappelé que Dutroux est bien belge de naissance.

Enfin, certains, plus philosophes, donnent une chance au projet et aux changements. "Ce sera quand même plus joli. On vient déjà plus souvent ramasser les déchets qui trainent, on l'a remarqué. Le quartier change et la vie reprend même s’il y a encore des restrictions dues à la crise sanitaire évidemment. C’est une bonne chose que la Ville se bouge un peu même si on sent un peu de récupération. Mais il faut aller de l’avant et faire bouger ce quartier pour que les différences entre les habitants deviennent une richesse. Nous avons tous été touché par cette sombre histoire et abattre la maison ne changera rien à l’histoire. Ce qui s’y est passé est inscrit dans la mémoire des gens. Un jardin mémoriel aidera peut être à relâcher les esprits et permettre à un quartier d’être reconnu autrement que le coin où Dutroux a habité et fait vivre les pires choses à des enfants qui ne demandaient qu’à jouer et grandir avec toute la bienveillance qu’un adulte doit offrir."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be