Inspecteur de la signalisation, la fonction communale qui reste à inventer

Echange inattendu au conseil communal de Charleroi.

D.A.
Inspecteur de la signalisation, la fonction communale qui reste à inventer
©Albin

L'ancien bourgmestre de Charleroi et président de Tibi Léon Casaert voudrait-il inventer une fonction… d'inspecteur des miroirs ? Pas ceux dans lesquels chacun se regarde en se rasant ou en se maquillant le matin. Il parle des miroirs de sécurité présents dans l'espace public, pour prévenir les accidents. "Certains sont hors d'usage, vandalisés ou sinistrés, et ne remplissent plus leur fonction", déplore l'élu de Gosselies. Estimant que la Ville n'y prête pas suffisamment attention, il réclame un inventaire.

Au conseil communal, l'échevin de la Voirie Eric Goffart lui a rappelé qu'une équipe d'entretien veillait au bon état de la signalisation routière : aussi bien les marquages au sol que les panneaux et équipements de balisage verticaux, ainsi que les miroirs. "Si des tournées d'inspection sont organisées de façon ponctuelle, nous n'avons pas de vision complète et suivie de l'évolution de l'état de la signalisation", explique-t-il. "Quand des informations nous sont remontées sur la détérioration de matériel, nous les transmettons à l'administration. Des réparations interviennent alors comme c'est le cas en moyenne une vingtaine de fois par an pour les miroirs de sécurité"

Et d’inviter Léon Casaert à partager ses constats… Pour l’échevin, l’amélioration de l’espace public ne doit pas être que l’apanage de la ville. C’est aussi et surtout du ressort de tous les citoyens, en ce compris les mandataires locaux, appelés à signaler les anomalies qu’ils détectent dans leur quartier ou sur l’itinéraire de leurs déplacements urbains. Impossible en effet d’avoir une vue détaillée en temps réel sur les dizaines de milliers de panneaux, feux lumineux, passages cloutés, marquages au sol et miroirs installés en voirie.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be