"Le monde d’après pourrait être pire que celui d’avant"

Secrétaire fédéral de la CSC Charleroi Entre Sambre et Meuse, Fabrice Eeklaer porte un regard inquiet sur les leçons non tirées de la crise sanitaire.

"Le monde d’après pourrait être pire que celui d’avant"
©ALBIN
C’est une certitude, la pandémie a profondément transformé la société : rapports au travail, à la santé, au rôle du politique et de l’état, rapports aux autres mais aussi...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité