La sécurité à l’hôtel de ville en question après qu'un plafond s'est effondré

Le PTB a porté l'interrogation au conseil communal.

D.A.
charleroi mutation hotel de ville
©PEGD01

L’effondrement d’une partie du plafond du bureau de l’échevin des Bâtiments Xavier Desgain n’a pas manqué de s’inviter dans les débats du Conseil communal. Pour le conseiller Thomas Lemaire du PTB, cet incident, qui n’a heureusement pas fait de victime, pose la question de la stabilité et de la sécurité de l’hôtel de ville, que fréquentent des milliers de visiteurs chaque année. Et où travaillent quelques dizaines d’agents.

De quand date la dernière inspection du service interne de prévention ? Quelles mesures ont été prises pour mettre le personnel et les usagers à l’abri ? Envisage-t-on un transfert provisoire de l’activité ? Dispose-t-on d’un cadastre de l’état des biens immobiliers de la Ville ?

Xavier Desgain a expliqué qu'un nouveau responsable du service interne de prévention était arrivé l'an dernier. "Si un plan de visite des bâtiments a été élaboré, il n'a pas été possible en un an de faire le tour complet des propriétés, au nombre de 400. L'hôtel de ville de Charleroi avait été expertisé en 2019, a précisé l'échevin. Il ne le sera plus avant 2023. Par souci de précaution, nous avons toutefois demandé qu'un rapport de stabilité soit établi pour écarter les risques. Si des espaces intérieurs ont déjà fait l'objet de rénovation, nous avons préparé une fiche Feder pour remettre entièrement à neuf l'édifice qui présente des signes de vétusté. Et pour en améliorer l'efficacité énergétique." À ce stade, il n'est pas prévu de déplacer des agents ni de fermer des accès. Thomas Lemaire l'a rappelé avec insistance : il est de la responsabilité de l'employeur de veiller à la sécurité et au bien-être de ses équipes. Or selon lui, des incidents ont déjà touché plusieurs bâtiments communaux dont la maintenance avait été négligée.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be