Ces citoyens qui créent un parc à partir de rien: ils ont besoin d'un simple vote pour espérer recevoir 8400€

Des votes citoyens sur la plateforme MonOpinion, à Charleroi, permettrait à l'asbl qui a obtenu le terrain pour 40 ans au moins d'y placer un portail d'entrée.

Ces citoyens qui créent un parc à partir de rien: ils ont besoin d'un simple vote pour espérer recevoir 8400€
©asbl Centre du Paysage

Créer un parc sur un ancien site industriel : c'est le projet un peu fou de l'asbl Centre du Paysage, à Charleroi, dans un quartier de Dampremy.

Entre les rues Pige au Croly et Broucheterre, près du R9, un grand terrain avec 5 puits de mine, condamnés. Le sol est pollué, l'endroit est vide depuis la fin de l'exploitation du charbon. Mais c'est un espace dégagé, dans un quartier qui a bien besoin d'un coup de vert.

En 2020, ils entrent une demande auprès de la Région wallonne, propriétaire du terrain. Le nom temporaire sera "parc de la B.B.C.", pour "Boommeester, Broucheterre, Charleroi". Ils obtiennent un bail de 40 ans. L'objectif est de créer un parc urbain, ouvert au public, mais à moitié sauvage pour éviter de devoir entretenir trop les espaces, favoriser la biodiversité et les plantes locales qui aiment le sol charbonneux.

Il y a deux mois, Paul Magnette et Julie Patte sont venu les aider, avec des étudiants de l'IFAPME et un de la HELB en gestion de l'environnement urbain. Ils ont planté 80 arbres dans le parc, ils devraient vivre 100 à 200 ans.

"On n'a pas encore pu ouvrir au public : on essaie d'obtenir des financements pour faire une ouverture, un portail, vers la rue Pige au Croly pour que ça devienne la future entrée du parc", détaille Bernard Blareau de l'asbl. Pour les aider, il suffit de voter (une adresse e-mail est requise) via la plateforme collaborative MonOpinion de la Ville de Charleroi. C'est ouvert jusqu'au 17 juin. "On a aussi obtenu un financement pour faire un florissement, visible depuis la rue, en attendant qu'on puisse l'ouvrir. On envisage aussi un parcours canin, et d'autres projets pourraient se faire avec le Rotary Club. Mais il y a des arbres à planter, il faut débroussailler, couper des arbres, terrasser, etc. On manque de bras, de bénévoles, d'étudiants, d'associations pour nous aider, n'hésitez pas à prendre contact avec l'asbl Centre du Paysage."

Pour éviter de tondre, l'association aimerait voir si le parc ne peut pas héberger des herbivores de la SPA ou d'autres associations d'aide aux animaux. "On peut aussi utiliser cet espace pour des activités culturelles, de la Ville de Charleroi, de la Province ou de l'Eden par exemple", enchaîne Bernard Blareau. "Visuellement, l'objectif c'est d'en faire un parc punk, au sens où l'entend le paysagiste Eric Lenoir : mettre le potentiel du lieu en valeur, en laissant pousser, sans laisser faire n'importe quoi bien sûr mais pour sublimer l'existant avec des plantations. Des arbres rouges en automne pour amener de la chaleur, des fleurs bleues au printemps pour agrandir en longueur. L'aspect punk, c'est laisser évoluer la nature, en plantant une fois les bonnes plantes, puis en laissant faire."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be