Dominique Watrin se penche sur ses semblables dans un livre à l'humour noir

Adieu monde de brutes, bonjour monde d'abrutis est un questionnement sur la puissance des abrutis dans notre société moderne.

Dominique Watrin se penche sur ses semblables dans un livre à l'humour noir
©D.R.

Muni de son stylo aussi tranchant qu'une épée de samouraï, Dominique Watrin, trublion bien connu des ondes de Vivacité où il officie chaque semaine dans les Enfants de Choeur ou encore des Biesses News sur la Télésambre, se penche sur la société dans un livre à l'humour noir omniprésent.

Dans son livre "Adieu monde de brutes, bonjour monde d'abrutis", il se lance dans une analyse sociétale poussée à son paroxysme. Dans la peau d'un procureur de la raie publique, il dépeint un monde ou les grosses brutes sont remplacées par des abrutis. L'auteur et humoriste propose un livre composé de 32 chapitres et autant de questions qui abordent différents thèmes. "Je suis parti du constat que pas mal de personnes deviennent agressives et individualistes. Ils sont représentés par des "abrutis" qui ne se gênent pas pour prendre la parole. C'est flagrant de voir que les gens bêtes prennent l'ascendant. Je pense à des personnes comme Nabilla ou Trump. Quand on pense qu'on est déjà loin dans la bêtise et bien je dis, on peut encore aller plus loin."

Avec des tires de chapitres formulés en questionnement comme « Comment bien choisir son animal de compagnie pour éviter de devoir aller l'abandonner le long d'une route, parce que l'essence ça coûte cher ? » Dominique Watrin propose les pour et les contres du choix de tel ou tel animal de compagne. L'une des réponses est que le poisson rouge reste le maître-achat. Pas trop de crottes, pas de balades, une longue vie mais pas trop besoin de s'en occuper à la différence d'une baleine boréale qui présente beaucoup moins d'avantages.
Si la condition animale est abordée dans son livre de 146 pages, les humains sont loin d'être épargnés. Certains en prennent même pour leur grade. Dominique Watrin n'hésite pas à tordre le cou à des reçues et redonne toutes ses lettres de noblesses aux agriculteurs qui surproduisent avec des machines au coût exorbitant. "Ils feraient mieux de produire moins et de faire travailler femmes et enfants pendant qu'ils apprécient leur gnôle fait maison." Les bienfaits du télétravail sont aussi évoqués. Mieux qu'un bracelet électronique, le télétravail est le premier palier d'une société qui "téléexistera". Soucieux de résoudre les problèmes économiques, l'auteur, qui exploite sans économie son goût pour l'humour noir fait et fait mieux que donner idées à deux balles. Il est riche d'idées farfelues dans un premier temps mais étrangement réalistes.

"Adieu monde de brutes, bonjour monde d'abrutis" est un livre qu'il n'est pas conseillé de lire aux toilettes car il n'est pas "chiant" mais plutôt dans les transports en commun pour remplacer le train-train quotidien du surf sur smartphone.

"Adieu monde de brutes, bonjour monde d'abrutis", 146 pages aux éditions Cactus Inébranlable au prix de 17 euros.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be