Psychopathe, il droguait des jeunes filles en soirée pour leur faire subir les pires abus sexuels: 7 ans de prison

Âgé de 21 ans, il a commis, en l’espace de trois semaines, les pires abus sexuels sur deux victimes qu’il avait droguées.

Jean-Pierre De Staercke
Psychopathe, il droguait des jeunes filles en soirée pour leur faire subir les pires abus sexuels: 7 ans de prison
©Shutterstock

Dans la nuit du 15 au 16 juin 2018, Gaylord C., un Carolo de 21 ans, a entrepris une jeune femme de 24 ans, dans un établissement de Courcelles où se déroulait une petite fête. Il lui a fait boire plus que de raison et a injecté dans les boissons divers médicaments psychotropes dont du diazépam, du bromazépam, du lorazépam et du zolpiden. Ce dernier produit est prescrit pour les cas d’insomnies sévères. Les effets indésirables communs à tout cet arsenal thérapeutique sont la confusion, la sédation, les faiblesses musculaires et les étourdissements. Ces divers médicaments ont été observés grâce à l’analyse des cheveux de cette première victime.

Or, celle-ci a notamment déclaré: " D'un coup, je ne me suis sentie pas bien, j'avais du mal à marcher. J'étais vaseuse et je me souviens vaguement qu'on m'ait montée au lit; je ne sais pas qui… Il devait être 2 heures ou 3 heures du matin. Vers 6 heures, il faisait jour et je me suis éveillée. J'étais sur mon côté gauche, mon pantalon était abaissé et mon slip aussi. Quelqu'un était derrière moi, occupé à me pénétrer. Je ne parvenais pas à bouger et donc à stopper cet acte, j'étais toujours à moitié dans le gaz. Mon cerveau était conscient mais je ne parvenais pas à bouger […]".

La jeune plaignante a reconnu qu’elle avait consommé de l’alcool fort mais que c’était Gaylord C. qui l’avait systématiquement servie, au cours de cette soirée.

Persiste et signe

La nuit du 6 au 7 juillet 2018, le prédateur va récidiver lors d’une autre soirée, à Fontaine-l’Evêque. Dans des circonstances identiques, il a fait boire une jeune femme de 21 ans et l’a également droguée, avant de commettre sur elle un viol complet.

Le prévenu n’a pas longtemps contesté les viols mais en refusant d’endosser une circonstance aggravante. À savoir qu’il n’aurait pas agi contre des femmes particulièrement vulnérables et dans un état second.

Le tribunal correctionnel de Charleroi a, le 23 juin 2021, condamné l’intéressé à 5 ans d’emprisonnement avec un sursis probatoire pour ce qui excède 2 ans de détention ferme.

Pour le moins psychopathe, Gaylord C. a relevé appel de ce jugement fort clément et il a été bien mal reçu par les juges montois. Avant de lui coller 7 ans secs, ils lui ont indiqué qu’une peine sévère, exempte de tout sursis, est indispensable pour lui faire prendre conscience de l’extrême gravité de ses agissements et pour protéger la société du risque qu’il les répète. Le tout, compte tenu de son absence de remise en question sérieuse par rapport à ceux-ci, le prévenu les contextualisant dans un cadre d’une consommation excessive d’alcool entre jeunes.

L’affaire est définitivement entendue puisque, mercredi, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi du jeune Carolo. Il devra purger un total de 7 ans ferme.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be