"Non au passage de 6.000 tracteurs-bennes": les Bons Villers inquiets d'un projet de remblaiement dans la commune voisine de Villers-la-Ville

Ce seraient 6.000 tracteurs qui passeraient devant plusieurs dizaines de maisons du village de Villers-Perwin, soit six par jour durant cinq ans.

"Non au passage de 6.000 tracteurs-bennes": les Bons Villers inquiets d'un projet de remblaiement dans la commune voisine de Villers-la-Ville
©BELGA (illustration)

C'est l'émoi dans la petite commune des Bons Villers. A Villers-Perwin, plus exactement : la société fleurusienne Recymat a entré, auprès de la commune voisine de Villers-la-Ville, une demande de permis unique pour remblayer des terres à Sart-Dames-Avelines. Sauf qu'il s'agit d'un projet d'ampleur : 84.000 mètres cubes de terre, soit l'équivalent de 6.000 tracteurs-bennes. Et que lesdits tracteurs semblent devoir passer dans les petites rues habitées de Villers-Perwin!

"Ce seraient 6 tracteurs par jour, chargés de tonnes et de tonnes de terre, qui passeraient devant chez les gens durant cinq ans", s'inquiète le bourgmestre des Bons Villers, Mathieu Perin (liste "Citoyens", les Engagés). "Si cela durait un mois, c'est parfois compliqué, salissant et ça fait du bruit, mais c'est parfois nécessaire. Ici, il s'agit tout de même de cinq années. Quand j'ai découvert cette demande de permis il y a deux jours, j'ai été très étonné, et inquiété aussi. Parce que je suis évidemment opposé à un passage de ce type devant chez des concitoyens ! Et je regrette qu'il n'y ait pas eu concertation préalable avec notre commune."

"Non au passage de 6.000 tracteurs-bennes": les Bons Villers inquiets d'un projet de remblaiement dans la commune voisine de Villers-la-Ville
©Mathieu Perin, bourgmestre des Bons Villers - van Kasteel

Pour autant, Mathieu Perin n'est pas opposé au projet en lui-même. "C'est un beau projet, ce n'est pas la question. C'est l'itinéraire des tracteurs qui pose question. Il y a des possibilités d'itinéraire bis, sans passer devant les maisons, mais ça demande de négocier un droit de passage sur un chemin de remembrement, sur les terres d'un agriculteur", nous dit-il.

Pour ce faire, des contacts ont été pris avec la société Recymat, qui a pu préciser ses projets et plans - et qui n'est d'ailleurs "pas opposée à discuter itinéraires" - et avec Villers-la-Ville qui instruit la demande de permis unique. On précise cependant, dans la commune voisine:"la procédure ici sera bien évidemment suivie à la lettre, mais on discutera avec plaisir avec la commune des Bons Villers, j'ai reçu un courrier de leur bourgmestre ce matin même", détaille Emmanuel Burton, bourgmestre de Villers-la-Ville (MR). "La réaction des Bons Villers est parfaitement légitime, et les remarques faites à l'enquête publique - qui est en cours jusqu'au 30 juin - seront entendues et abordées en collège communal."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be