Non, Sylvain n'a pas violé sa sœur d'après le tribunal même s'il y a eu pénétration

Les versions contradictoires du prévenu et de la victime n'ont pas pu être départagées par le tribunal correctionnel.

Non, Sylvain n'a pas violé sa sœur d'après le tribunal même s'il y a eu pénétration
©Shutterstock

La nuit du 29 octobre 2019, Sylvain (prénom d'emprunt) était suspecté d'avoir violé sa petite sœur.

Comme tristement de coutume dans un dossier de viol, la version des deux camps se sont opposées devant le tribunal correctionnel de Charleroi. D'un côté, la sœur narrait une agression sexuelle alors qu'elle se trouvait en état d'ivresse. C'est grâce à des flashs, survenus pendant la nuit, que la jeune femme a pris conscience de la gravité des faits. « Elle a vomi durant son sommeil et a retrouvé ses esprits vers 3h du matin. Et là, elle a eu des flashs où elle revoyait son frère sur elle, en train de la violer », précisait Me Rooselaer, partie civile.

L'avocate a également rappelé l'attitude particulière du prévenu et frère de la victime, juste avant les faits. « Il lui a posé des questions sur sa vie sentimentale et sexuelle. Et que dire du SMS envoyé à la victime : « purée, j'ai envie maintenant avec ce que tu viens de me lâcher » ».

Un acquittement prononcé

Dans l'autre camp, Sylvain avait admis un acte de pénétration de quelques secondes, mais à l'initiative de sa petite sœur, rentrée ivre chez elle. D'après lui, sa sœur s'est montrée entreprenante en baissant son pantalon et en forçant sa main à aller vers le sexe de cette dernière.

Le parquet a, durant son réquisitoire, rappelé l'état de vulnérabilité de la victime vu sa consommation de boisson et estimé que cette dernière n'était pas en état de consentir à quoi que ce soit.

Une peine de minimum 4 ans de prison était requise pour l'inceste commis sur la sœur. Finalement, le tribunal a acquitté le prévenu. La prévention n'est pas établie à suffisance, le dossier ne démontre pas à suffisance l'absence de consentement de la victime et les versions contradictoires n'ont pas pu être départagées.

> 0800/98.100 : SOS Viol est une ligne d'écoute/ ou un tchat en ligne, anonyme, pour aider toute personne victime de violences sexuelles.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be