Il arrache le sac à main d'une septuagénaire pour "aller au café"

Quatre heures après le vol, Kevin est revenu au café à Fleurus et avait oublié la carte de banque de la victime.

Il arrache le sac à main d'une septuagénaire pour "aller au café"
©DE TESSIERES JOHANNA

Trois : c'est le nombre de chances octroyées au jeune père de famille jusqu'à présent. Trois est également le nombre de chances galvaudées par le même homme. La quatrième et sans doute ultime chance pourrait cependant tomber le 31 août prochain, lorsque le tribunal correctionnel de Charleroi prononcera son jugement. Cette semaine, un vol avec violence sur une personne âgée et une tentative de fraude informatique sont reprochés à Kevin.

Il a oublié la carte de banque dans le café

Le 10 mars dernier, c'est un triste et banal arrachage de sac à main qui a été commis par Kevin à Fleurus. Il est passé 18h quand ce dernier suit la victime (voisine de la grand-mère de Kevin), quand elle emprunte un sentier pour se rendre au domicile de sa fille. Capuché, Kevin passe à l'attaque et pousse la femme de 77 ans au sol avant de lui arracher violemment le sac à main. La septuagénaire a tenté coûte que coûte de ne pas se laisser faire. Mais la force de Kevin fut telle que la lanière du sac fut arrachée, entraînant une fracture de la main gauche à la victime.

Quatre heures plus tard, la zone de police Brunau résout déjà le dossier en mettant la main sur le voleur. « Deux témoins l'ont retenu dans un café de la rue Arthur Gailly de Wanfercée-Baulet. Le gérant a mis la main sur la carte de banque de la victime, oubliée sur place par le prévenu, et a fait le lien avec le vol », précise le parquet. Kevin était revenu dans le débit de boisson pour, selon lui, revenir récupérer un paquet de tabac. Avant ça, Kevin a joué au flambeur en squattant le billard et en se filmant avec une liasse de billets. « Il a envoyé une vidéo à sa petite-amie en lui disant "regarde chérie, c'est comme ça qu'on gagne de l'argent"», indique la partie civile, outrée par le vol.

Aucune excuse et remise en question

Devant les proches de la victime, Kevin a confirmé être l'auteur du méfait. Sans toutefois adresser un mot d'excuse à la victime ou à ses proches et sans évoquer une once de prise de conscience. Comportement qui a eu le don d'irriter le substitut Brichet lors de son réquisitoire. Ce dernier a notamment évoqué le sort de septuagénaire, condamnée selon lui « à la perpétuité parce qu'elle restera traumatisée à vie ». Ce qui ne sera pas le cas du prévenu. Cinq ans de prison ferme ont été requis contre Kevin, qui a, semble-t-il, très vite oublié les trois chances octroyées par la justice en 2016, 2019 et 2020 pour des faits similaires et de violence.

À la défense, la tâche difficile est revenue à Me Pouossi. Cette dernière a tenté de sauver la face de son client, tout en admettant le caractère grave et crapuleux du vol. Un sursis probatoire est plaidé comme quatrième chance. Jugement fin août.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be