Dealer de coke en aveux, Rosario s'est fait près de 215.000€ en quatre ans

Trois dealers de la région du Centre sont tombés le 3 février 2022. Ils comparaissaient ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Charleroi pour détention et vente de cocaïne et de cannabis.

Dealer de coke en aveux, Rosario s'est fait près de 215.000€ en quatre ans
©Shutterstock

C'est une information anonyme contre Rosario, 53 ans, qui est à l'origine de tout. Mis sur écoute et suivi par des enquêteurs, en quelques jours la situation est claire. Rosario opère depuis La Louvière et va chez ses clients au volant de sa BMW pour leur vendre de la cocaïne. Il est discret et ordonné, mais en creusant il a commis plusieurs erreurs.

Déjà, il y a ces échanges téléphoniques entre Donovan et lui, où le premier lui dit qu'il faut 120 boules et qu'il veut travailler, et il lui répond de ne pas parler de ça au téléphone. Puis il y a les perquisitions: 8.500€ en petites coupures cachés à divers endroits, 70 grammes de coke, 100 grammes de cannabis, des balances de précision et six numéros de GSM. Deux coffres, à la banque, sont aussi perquisitionnés. On y a retrouvé en tout 115.000€ en liquide. Enfin, il y a des transactions bancaires, où certains clients ont payé par Bancontact. Après analyse, 55.000€ ont transité sur ses comptes en banque en quelques mois, un dépôt en liquide de 58.000€ s'est fait en 2017, et un an plus tôt 107.000€.

Rosario est sur la mutuelle. Il gagne 1.200€ par mois, 250€ sont saisis à la source pour rembourser les 90.000€ de dettes (jeux, prêts, achat de voiture) qu'il a.

Donovan (34 ans), qui a contacté plusieurs fois Rosario par téléphone, est aussi perquisitionné. Les écoutes ont donné 17 clients en quelques jours, qui confirment parfois se fournir chez lui, à Manage. Mais il n'achète pas qu'à Rosario, il pioche à droite à gauche, en achetant pour environ 70€ le gramme et le revendant 100€. Le parquet estime qu'il gagnait 3.600€ par mois, mais que tout ou presque partait en consommation de coke. Il est à la mutuelle suite à un accident de travail.

Johannes (30 ans), enfin, s'est fait prendre aussi. C'est un copain d'enfance de Donovan, vivant chez ses parents à Manage et émargeant à la Vierge Noire. Il a tout avoué: il vend depuis dix ans, ses parents sont au courant et apprécient le "beurre dans les épinards" de son petit trafic qui sert surtout à payer sa consommation. Il gagne 300 à 600€ par mois en revendant de la drogue.

Le ministère public a demandé d'initiative au tribunal d'oublier le motif aggravant d'association. Clairement, les trois cocos ne travaillent pas ensemble. Johannes est un drogué qui vend parfois, Donovan un drogué qui vend souvent et qui achète parfois à Rosario, et Rosario est un gros vendeur, clean d'ailleurs - lui ne consomme pas - qui se balade armé et qui brasse énormément d'argent. 5 ans de prison sont demandés contre Rosario, 3 ans pour Donovan, et 30 mois pour Johannes.

Côté défense, Me Balsarini espère réduire la peine de Rosario et de l'assortir d'un sursis. En aveux, il est emprisonné depuis 7 mois déjà. Il s'engage aussi à rembourser quelques 180.000€ (ses estimations à la baisse) de bénéfices effectués sur ses années de deal, il veut changer de vie et revenir à ce qu'il faisait avant, quand il travaillait dans l'Horeca puis dans la sidérurgie. "Il veut surtout arrêter le jeu, c'est la cause de tous ses problèmes. Il est banni des casinos à cause de ses dettes mais continue à jouer au poker et dans des LunaPark." Quant à l'argent trouvé sur ses comptes et ses coffres, tout ne viendrait pas du deal, d'après l'avocat: il y a des gains de jeu, il y a de l'argent liquide appartenant à son père qui vit dans un home en Italie, et il y a évidemment le deal.

L'avocat de Johannes insiste sur le côté "arrondir les fins de mois", et signale que les 38.000€ qu'on veut lui saisir ne correspondent pas à sa réalité: s'il vend, c'est pour consommer, et il vit avec ses parents dans une maison sociale en mauvais état, il n'y a aucun signe de richesse extérieure. Pour son client qui a un casier vierge, il demande une suspension probatoire - pas de peine s'il respecte des conditions: arrêter de consommer, faire des analyses d'urine, ne plus commettre d'infractions.

Donovan, lui, se défendait seul. Poussé par le tribunal, il demande un sursis probatoire, mais ne voit pas pourquoi il devrait s'engager à arrêter la coke ou à suivre un traitement, puisqu'il "prend des médicaments qui le shootent déjà pour son accident de travail". Le ministère public s'y oppose: la substitute apprécie moyennement le fait qu'il minimise son trafic, qu'il ne reconnaisse pas grand-chose à ce qu'on lui reproche contrairement aux deux autres, et insiste sur le risque élevé de récidive, selon elle.

Jugement le 7 septembre.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be