Pour s'acheter des produits pharmaceutiques, il revendait de l'alcool volé... en faisant une grosse remise

15 mois de prison pour dix vols de bouteilles d'alcool : Gabriele s'oppose au jugement.

Pour s'acheter des produits pharmaceutiques, il revendait de l'alcool volé... en faisant une grosse remise
©D.R.

Stupeur devant le tribunal correctionnel de Charleroi. Alors que tout le monde s'attendait à entendre des aveux de la part de Gabriele sur les dix vols simples qui lui sont reprochés, la surprise fut totale lorsque le trentenaire a contesté certains des vols. Condamné à 15 mois de prison pour ces nombreux faits, Gabriele a formé opposition au jugement et espère échapper à la case prison.

De mars à novembre 2021, l'opposant a écumé de nombreux magasins Colruyt de la région : Charleroi, Morlanwelz, La Louvière, Nivelles et Braine-L'Alleud. À chaque fois, Gabriele a dérobé des bouteilles d'alcool. Parfois deux, souvent dix. Pour les quelques vols contestés, Gabriele a pu compter sur l'aide du tribunal correctionnel de Charleroi, photos à l'appui, pour lui rafraîchir la mémoire. « Je n'ai été qu'une seule fois au Colruyt de Nivelles », ou encore « je ne vais plus au Colruyt de Morlanwelz depuis 12 ans, mais oui c'est bien moi sur les photos. »

Peut-être en a-t-il trop fait ?

Cette amnésie partielle s'expliquerait, selon la substitute Broucke, par l'important nombre de vols commis par Gabriele jusqu'à maintenant. La situation judiciaire de ce dernier ne plaide absolument pas en sa faveur. Condamné à un an de prison avec sursis pour des faits similaires, Gabriele est aujourd'hui en état de récidive et ne peut plus bénéficier d'un sursis simple.

Pour pouvoir s'offrir des produits pharmaceutiques, l'opposant n'a pas trouvé meilleure solution que de revendre les bouteilles d'alcool avec 50%, parfois 70% de réduction. Me Napoli, à la défense, suggère la mise en place d'un sursis probatoire tout en admettant la légèreté de cette demande vu la situation administrative inexistante de son client sur le territoire. Pour le parquet, la mise en place d'une telle mesure est « très très difficilement envisageable. » La confirmation du jugement est requise.

Jugement le 30 septembre.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be