L’Horeca frappé de plein fouet par la crise : "On fait salle pleine, mais on est dans le rouge"

Antoine et Benjamin Hoyas gèrent le Mine de Rien, à Marcinelle. Depuis trois mois, ils perdent de l'argent tous les jours en ouvrant... et ils sont pourtant couverts par des contrats fixes au niveau énergétique. "C'est l'augmentation des prix de tout le reste qui nous met dans le rouge", témoigne Antoine Hoyas.

Les temps sont durs pour tout le monde, on le sait. Mais pour Benjamin et Antoine Hoyas, qui tiennent le restaurant Mine de Rien à Marcinelle (Charleroi), la situation est critique. Malgré une salle remplie quasi tous les soirs et des clients fidèles, malgré un contrat d'énergie fixe prédatant l'augmentation des prix, leur restaurant est dans le rouge depuis trois mois. "On...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité