Alain viole sa nièce : l'agression sexuelle a été filmée, le petit ami de la victime a agi en sauveur

Le prévenu se dit "honteux" de l'agression commise, à cause d'une "pulsion"

Alain viole sa nièce : l'agression sexuelle a été filmée, le petit ami de la victime a agi en sauveur
©SHUTTERSTOCK

C'est grâce à un petit ami prévenant qu'Alain est poursuivi devant la justice, ce mercredi matin, pour se défendre d'un viol commis sur sa nièce de 16 ans hébergée à son domicile depuis quelques semaines. La veille, soit le 12 mars 2020, l'adolescente s'est soudainement sentie en méforme après avoir ingurgité un verre de jus de citron. En se couchant, la nièce d'Alain explique la situation à son petit ami. Ce dernier adopte un geste salvateur, mis en avant par le parquet. "Il a veillé sur elle, toute la nuit, via un appel vidéo sur Messenger. Et il a bien fait d'être prévenant puisque la scène du matin a été filmée dans son intégralité", souligne le substitut Vervaeren.

La scène évoquée par le magistrat a lieu à 8h du matin, quand la victime se réveille dans un état second et vaseux. "Le petit ami a mimé à la victime de se taire parce qu'il a vu débouler le tonton dans la chambre. Ce dernier s'est couché aux côtés de sa nièce, a commencé à la déshabiller et à la toucher avant de la violer", rapporte le parquet. "Jamais de la vie je ne l'ai déshabillé. Elle était couchée nue, les jambes écartées. Je me suis rapproché pour éteindre la tablette et la lumière qui étaient allumées. Je me suis masturbé et j'ai éjaculé sur sa cuisse. Elle ne faisait rien puisqu'elle dormait", s'offusque le tonton qui parle alors d'une "pulsion incontrôlable".

Du Lorazépam administré à la victime ?

La culpabilité pour le viol et l'attentat à la pudeur ne fait pas l'ombre d'un doute. Le tonton sexagénaire est en aveu des faits et l'agression a été filmée. Par contre l'ultime prévention reprochée à Alain est vivement contestée.

"Non, je ne lui ai pas administré du Lorazépam découvert dans son sang. Je pense qu'elle l'a pris elle-même, elle faisait souvent ça et avait toujours des médicaments dans son sac"

, signale le prévenu. Le substitut Vervaeren s'interroge. Si la mineure a bien pris ce médicament elle-même, pourquoi a-t-elle réagi ainsi en demandant à son petit copain de veiller sur elle ?

A lire aussi:

Charleroi: le Centre de Prise en charge des Violences Sexuelles a accueilli 208 victimes de viol en dix mois.

La peine maximale encourue par le tonton pervers peut monter jusqu'à 10 ans de prison. La moitié de la peine est cette fois requise, avec un sursis probatoire pour la mise en place d'un long suivi. Me Cauchie, avocate du prévenu, a plaidé un acquittement pour l'administration du Lorazépam. "C'était une fille en difficulté. Il n'est pas improbable qu'elle ait été elle-même en possession du médicament pour ensuite le prendre." Pour l'agression sexuelle, la position de la défense concorde avec celle du parquet. Un sursis probatoire est plaidé.

Jugement le 9 novembre.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be