Charleroi se dote d'une "référente genre" pour renforcer l'égalité dans l'administration et l'ensemble des projets

Jennifer Hiernaux est rattachée à la direction générale de la métropole, elle sera l'experte de référence pour toutes les questions et problématiques liées au genre.

L’administration de Charleroi et ses 2 500 agents communaux se dotent d’une “référente genre”. Une première pour la métropole wallonne et un poste encore rare en Belgique. Il s’agit de confier à une personne la mission de s’assurer que l’administration veille bien à l’égalité des genres dans tous ses aspects (courriers, travaux, attribution des budgets, accueil, etc.) mais aussi à aider le politique, dans ses décisions, à être attentif à la question.

À Charleroi, cette personne c’est Jennifer Hiernaux. “Ça va faire 8 ans que je travaille à la Ville, la thématique du genre est importante pour moi, dans la vie de tous les jours et professionnellement”, détaille-t-elle. “J’ai un master en Sciences du travail et j’ai suivi un certificat “Genre et sexualité” à l’ULB, en formation continue.” Elle est attachée directement à la direction générale de la Ville, au plus haut niveau donc, “pour que toutes les portes puissent s’ouvrir et que ma mission soit traitée en transversalité dans l’ensemble des services, même si je connais déjà la maison.”

Jennifer Hiernaux est la nouvelle "référente genre" à Charleroi
Jennifer Hiernaux est la nouvelle "référente genre" à Charleroi ©VAN KASTEEL

La question du genre et de l’égalité entre femmes et hommes dans l’administration n’est pas sa seule mission actuellement, mais on chuchote qu’à force, elle le deviendra, vu l’ampleur de la tâche. Et il y a de quoi faire : “le 10 janvier, le plan d’action GEP – Gender Equality Plan – devrait être adopté par le politique, il contient 50 engagements concrets que Charleroi s’engage à faire en interne dans l’administration, en externe avec le secteur associatif et en transversal dans l’ensemble des compétences communales. Mais il y a plein d’autres actions qu’on fait déjà ou qu’on va faire : ma première mission a été de faire une photographie des agentes et des agents de l’administration, et on voit qu’il y a 48 % de femmes et 51 % d’hommes aux postes à responsabilité, même s’il y a davantage de femmes qui travaillent globalement dans l’administration. Je dirais qu’on ne s’en sort donc pas trop mal, mais on a par exemple remarqué que les papas ne prenaient pas toujours leurs congés parentaux, il va donc falloir communiquer là-dessus, sur leurs droits en tant que parent. J’espère aussi, par exemple, lancer des formations – notamment sur l’écriture inclusive – au sein de l’académie interne.”

Charleroi va passer à l’écriture inclusive

La mission de Jennifer Hiernaux sera précisée au fil du temps. “C’est un travail petit à petit, étape par étape”, confirme Lahssen Mazouz, directeur général. “Il faut travailler les agents, les sensibiliser et les former, et s’assurer que nous sommes exemplaires. Parce qu’une ville touche tous les aspects de la vie, de la naissance au décès, c’était important que ce poste soit occupé au niveau de la direction générale directement. Par la suite, des critères “genre” seront ajoutés aux projets des échevins, pour celles et ceux qui ne le feraient pas encore.” Alicia Monard, échevine PS de l’Égalité des Chances, abonde : “C’est l’experte de référence dès qu’il y a une question, un souci, un besoin, elle pourra apporter son éclairage. Mais aussi réaliser des tâches d’initiative, c’est un des besoins qui est apparu lors des États Généraux, en 2018, pour avoir un complément à mon service Égalité des Chances et mon cabinet, avec une position centrale dans l’administration. C’est indispensable pour Charleroi de se positionner de manière forte pour lutter contre les discriminations.”

Ce n’est pas la première action de Charleroi pour l’égalité des genres : en 2006, la charte Égalité Femmes-Hommes a été signée, suivie deux ans plus tard par la création d’un Conseil Consultatif. La Maison Plurielle, pour les femmes victimes de violences, a été co-créée en 2009. En 2018, la Convention d’Istanbul – lutte contre les violences domestiques – a été ratifiée, et tout récemment une note de service “Écriture inclusive” a été adoptée dans l’administration. L’arrivée d’une “référent·e genre” vient renforcer ces démarches, une pierre de plus à l’édifice. La priorité est cependant mise sur l’égalité Femmes-Hommes en particulier, “mais la question des LGBTQIA + doit également trouver sa place dans nos projets de ville, pour l’instant je m’immerge petit à petit dans les dossiers, j’y vais encore à tâtons”, précise Jennifer Hiernaux.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be