Courcelles: tout juste débarrassé de son bracelet électronique, il revend de la drogue

Le détenu jure que la marchandise devait lui servir à célébrer la trouvaille de son appartement.

 Le bracelet électronique de Cédric était lié à une précédente condamnation pour vente de stups.
Le bracelet électronique de Cédric était lié à une précédente condamnation pour vente de stups. ©ÉdA – 60334210132 

Si vous cherchez un organisateur de fête, Cédric est là. Pour une pendaison de crémaillère, ce quadragénaire avait préparé une petite soirée avec de la cocaïne et de l’héroïne. Suspecté d’avoir vendu les substances, il dément. "Ce n’était pas pour vendre, mais c’était pour fêter l’appartement que je venais de trouver, avec deux amis."

Pour le parquet, cette thèse ne tient pas la route. Parce que le GSM de Cédric a notamment révélé des messages typiques d’une activité de vente. Et aussi parce que ce n’est pas la première fois que Cédric est condamné par la justice pour des faits liés aux produits stupéfiants. Détail nuisible: le bracelet de Cédric venait de lui être enlevé quand il a débuté son petit trafic.

Vu l’état de récidive, une peine de minimum trois ans de prison est requise. Pour Me Napoli à la défense, la solution serait un sursis probatoire pour canaliser la consommation de cocaïne de son client et parce que "la prison ne lui a pas servi."

Jugement mi-décembre

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be