Viol et attentat à la pudeur sur sa nièce de 13 ans : sursis probatoire

Le prévenu, qui avait admis avoir échangé un bisou avec la mineure, est aussi condamné pour le viol de cette dernière.

Le prévenu, qui avait admis avoir échangé un bisou avec la mineure, est aussi condamné pour le viol de cette dernière.
Le prévenu, qui avait admis avoir échangé un bisou avec la mineure, est aussi condamné pour le viol de cette dernière. ©Photonews

”Oui, il y a eu un rapprochement. Nous étions proches, on se confiait l’un à l’autre. Il y a eu un bisou, la dernière fois que l’on s’est vu en allant faire un tour en 4x4 où elle s’est plainte de son beau-père.” C’est via ces mots que Jonathan, 39 ans, avait décrit la drôle de relation partagée avec sa nièce entre septembre et octobre 2019. Dès son retour de vacances avec Jonathan et la compagne de ce dernier, Sophie (prénom d’emprunt), la jeune adolescente, a adopté un comportement radicalement différent. “Elle était repliée sur soi, restait enfermée dans sa chambre et se montrait agressive”, précisait Me Amélie Roekaerts, partie civile. Le 22 octobre, la mère de la jeune fille dépose plainte, après la découverte de messages interpellant…

Un viol contesté

Le 6 octobre 2019, Jonathan a notamment confié à Sophie “d’essayer de ne plus faire de message, même si ce n’est pas facile puisque je t’aime. ““Il y a également eu d’autres messages du genre “si tu as tiré un trait, dit le moi, “Tu restes connectée et pas de messages” ou encore “sois heureuse avec tes prochains mecs”, ajoutait le parquet. Jonathan a également incité à Sophie d’effacer les conversations. Pour le parquet et la partie civile, ces messages démontraient autre chose qu’une simple relation oncle-nièce : une attirance envers l’adolescente.

Le viol était contesté par l’oncle. “Je ne l’ai pas violée, il n’y a rien eu d’autre. Je n’ai rien fait”, précisait-il. La défense, qui avait plaidé un acquittement, n’a pas été suivie. Jonathan est bien condamné à 3 ans de prison, pour viol et attentat à la pudeur sur la jeune Sophie. Un sursis probatoire, de 5 ans, a été octroyé au condamné.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be