Le MR en force présente ses vœux au Bois du Cazier

Les pontes du mouvement libéral ont entamé leur tournée par Charleroi accueilli par Denis Ducarme.

Le MR était représenté à tous les niveaux de pouvoir.
Le MR était représenté à tous les niveaux de pouvoir. ©Ngom

C’est sur un site riche en symboles que la tournée des vœux du MR a commencé. Accueillis pas par le député et chef de file carolo Denis Ducarme, les orateurs se sont succédé dans une salle remplie à ras bord. Charles Michel, président du Conseil européen, Hadja Lahbib, ministre des affaires étrangères et Georges-Louis Bouchez ont avancé leur vision du libéralisme à tous les niveaux de pouvoir. D’un point de vue local, c’est Denis Ducarme qui était chargé de mettre en avant une région dans laquelle il espère les libéraux s’implanter de plus en plus. Son objectif annoncé est clairement brigué le mayorat de la première ville wallonne. Installé à Charleroi depuis un an, le chef de file carolo n’a pas perdu de temps pour faire le tour des institutions et des personnalités locales. Se voulant être l’alternative la plus apte à rompre avec 50 ans de socialisme. “Cela fait très longtemps que l’on n’a pas présenté nos vœux à Charleroi en accord avec le président Georges-Louis Bouchez. Le bois du Cazier est représentatif de la force de travail. Je prône le libéralisme social qui tourne autour d’un développement économique. ”

Pour le député fédéral, une part de la responsabilité de l’enlisement et du retard économique de Charleroi est à imputer à un socialisme qui n’a pas su évoluer avec son époque. “Quand on voit le taux d’emploi, il y a de quoi se poser des questions. On ne peut pas dire qu’il y ait un progrès social suffisant. C’est en respectant d’avantage le travail avec une réforme fiscale qui récompense et qui taxe moins qu’il est possible d’avancer. ”

Les vœux de 2023 sonnent encore plus le départ d’une campagne électorale pour 2024 avec des enjeux de taille notamment pour la ville de Charleroi. “Quelque 800 personnes pour la présentation des vœux, on a plus vu ça depuis très longtemps. Je ne cache pas que réunir autant de monde me touche et nourrit davantage mes convictions et l’énergie que je veux donner à cette ville. ”.

Si le challenge de s’imposer à Charleroi est de taille, il n’en reste pas moins impossible pour exemple le revirement politique total de la commune de Courcelles où la députée-bourgmestre Caroline Taquin a acquis une majorité absolue après 50 ans de socialisme. “Je suis convaincu que la tradition qui voulait que de génération en génération on vote socialiste va s’éteindre. Je suis également convaincu que l’électeur est beaucoup plus intelligent que les partis politiques, de manière générale, ne le pensent. S’il y a une alternative solide au parti socialiste comme c’est le cas à Courcelles, il peut y avoir du changement. Simplement il doit y avoir le choix de l’alternative. Aujourd’hui celle-ci existe. Il y a le PTB et le Mouvement Réformateur. J’ose espérer que le désintérêt du président du PS pour Charleroi veut qu’on est plus très intéressé. Quand on est concerné on n’hésite pas à se mettre sur les listes. ” .

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be