En état de récidive pour vols, Steve continue son manège

Après avoir obtenu des mesures de faveur, le prévenu risque la prison ferme.

"Une personne qui squattait dans un logement appartenant à La Sambrienne m'a proposé la chaudière volée pour 150 euros."
"Une personne qui squattait dans un logement appartenant à La Sambrienne m'a proposé la chaudière volée pour 150 euros." ©Ngom

En 2018, c’est un sursis probatoire qui avait été octroyé au prévenu. Et tout récemment, en 2021, Steve a obtenu une peine de travail pour vols. Mais malgré ces chances données par la justice, ce dernier n’a tiré aucune leçon et a continué à commettre des vols. Ce lundi matin, ce sont trois nouveaux vols qui sont reprochés à Steve : un premier vol simple d’un iPhone 6, d’une carte bancaire et d’un téléviseur appartenant à un ancien ami, un vol avec effraction d’une chaudière appartenant à La Sambrienne et enfin une tentative de vol avec effraction au sein d’un magasin de chaussures à Châtelineau.

Une chaudière achetée 150 euros

Pour le vol simple commis chez Alessandro, Steve admet bien avoir embarqué la télévision, rien d’autre. Pour la chaudière volée à la société de logements de service public (SLSP) de la ville de Charleroi et de la commune de Gerpinnes, il s’agirait en réalité du recel d’un objet volé. “J’avais besoin d’une chaudière. Alors une personne qui squattait dans un logement appartenant à La Sambrienne m’a proposé la chaudière volée pour 150 euros. Je me doutais bien que ce n’était pas normal”, avoue le prévenu qui admet avoir recelé, mais pas dérobé la chaudière.

Steve s’est enfin fait identifier en laissant tomber son GSM au sein d’un magasin de chaussures dans lequel il venait d’entrer par effraction. “L’alarme s’est déclenchée et le volet a commencé par se fermer quand le prévenu était à l’intérieur. En quittant rapidement les lieux, il a laissé son téléphone entraînant son identification”, détaille le substitut Signor. Compte tenu de l’état de récidive du voleur, le parquet requiert une condamnation à un an de prison.

Pour Me Samanci, un sursis probatoire peut être octroyé à son client, “loin d’être la pire espèce sur terre” et qui serait “quelqu’un de différent aujourd’hui”. Jugement le mois prochain.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...