Condamné pour avoir tripoté deux personnes vulnérables, Jacques fera l’objet d’une arrestation immédiate

L’homme, qui court toujours dans la nature et qui continue son manège de prédateur sexuel, a été condamné à la peine de prison requise.

À deux reprises, le prévenu (absent pour se défendre et condamné par défaut ce mercredi matin) a profité de la vulnérabilité de deux femmes pour assouvir ses pulsions sexuelles.
À deux reprises, le prévenu (absent pour se défendre et condamné par défaut ce mercredi matin) a profité de la vulnérabilité de deux femmes pour assouvir ses pulsions sexuelles. ©Photonews

À deux reprises, le prévenu (absent pour se défendre et condamné par défaut ce mercredi matin) a profité de la vulnérabilité de deux femmes pour assouvir ses pulsions sexuelles. L’une était âgée de 71 ans et l’autre est atteinte d’un important retard mental.

Le 5 août 2018, Lucie a été victime d’une atteinte à l’intégrité sexuelle. Cette dernière, qui venait de passer un moment convivial à consommer deux bouteilles de vin avec Jacques, a invité son hôte du jour à quitter son domicile pour pouvoir aller faire une sieste. Dix minutes plus tard, la victime s’est réveillée en sentant un poids sur elle. “Elle a vu qu’un homme était occupé à lui toucher les parties intimes et elle l’a mis en fuite en hurlant”, expliquait le substitut Brichet.

Et l’analyse ADN du bord du pantalon de la victime a bien confirmé que l’agresseur n’est autre que Jacques. Ce dernier, tel un superhéros, prétendait pourtant être revenu dans la pièce, en entendant les cris de Lucie. Avant de reconnaître l’agression sexuelle, tout en précisant avoir eu le consentement de la septuagénaire.

Encore dans la nature malgré un dossier de viol

Un an plus tard, bis repetita. Jacques a fait une seconde victime, rencontrée dans un bar. Le lendemain, le prévenu a invité la jeune femme à faire un tour et en a profité pour retirer 1.000 euros à la banque en usant de la carte bancaire de sa victime. Une plainte, déposée par le tuteur de la femme, a permis de mettre en lumière une agression sexuelle subie par la victime, tripotée et forcée de faire une fellation au prévenu.

Ce mercredi, comme requis par le parquet, Jacques a écopé de 6 ans de prison par défaut. Son arrestation immédiate a également été ordonnée. Décision indispensable et logique puisque ce dernier, toujours dans la nature, fait l’objet d’une enquête pour un viol commis sur une personne vulnérable en octobre dernier.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be