Pôle Sud, un écosystème solidaire

Pôle sud, c’est le nom du pôle d’économie sociale du CPAS de Charleroi à Marcinelle où s’organise le reconditionnement d’électroménager. Reportage.

Didier Albin
Sur le site, chaque électroménager est soumis à un check-out.
Sur le site, chaque électroménager est soumis à un check-out. ©Albin

Dans le giron du CPAS de Charleroi, le centre d’insertion socio professionnelle (CISP) Trans’Form fête en 2023 un quart de siècle d’action au service de l’économie circulaire et de la remise à l’emploi de bénéficiaires du revenu d’insertion. Depuis 2009, la structure est au cœur de l’écosystème solidaire de pôle sud (lire ci-contre). L’activité consiste à retaper du mobilier et du gros électroménager usagé pour le marché du réemploi. Elle s’articule autour d’un processus en quatre étapes que détaille le coordinateur Stéphane Capurso.

1. Collecte

Agréé par l’opérateur Recupel comme centre de réutilisation, Trans’Form a accès aux points de collecte du réseau. C’est là que s’opère la présélection du gros électroménager (lave-linges, sèche-linges, appareils de refroidissement, lave-vaisselle) récupéré par les revendeurs en raison de l’obligation de reprise. Le tri s’effectue en fonction de critères de vétusté et d’état. Les appareils choisis sont alors acheminés vers les hangars de Pôle Sud en vue de leur stockage. Il y en a des centaines.

2. Diagnostic

Sur le site, chaque électroménager est soumis à un check-out. Composants électroniques, éléments mécaniques, tout est passé en revue. Des postes de testing (connectés ou non à l’eau selon le type d’équipement) permettent d’établir un diagnostic. Si l’appareil est réparable, il est entièrement démonté pour une inspection minutieuse. Selon Recupel, un électroménager sur trois peut être réemployé en moyenne, il est alors proposé à la vente. Les deux autres sont orientés vers les filières de recyclage.

3. Remise à neuf

Une fiche label ElectroREV impose aux opérateurs d’économie circulaire une série de vérifications, pour garantir la qualité de la réparation. Les sèche-linges sont nettoyés en profondeur, on en extrait les microfibres des milliers de vêtements essorés. Tout est méticuleusement remonté, les composants usés et défectueux sont remplacés par des pièces neuves ou de récupération. Un code unique est attribué à chaque appareil en vue d’établir son prix de vente, généralement le tiers de sa valeur catalogue.

4. Vente

C’est au magasin Pôle Sud de Marcinelle exploité par Oxfam Solidarité que les appareils rénovés sont mis en exposition. Pour chaque pièce vendue, Trans’Form a une obligation de garantie de 12 mois. Le stock du magasin évolue comme un jeu Tetris avec des pièces dont la taille change tout le temps. On peut y trouver des lave-linges à 150 euros. En période de soldes, une remise de 10 % est proposée sur les appareils sortis de production depuis plus d’un mois. Autant d’opportunités à saisir.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be