Les responsables de Duferco ont rencontré la population

CHARLEROI Carsid pourrait revivre. Enfin, façon de parler. En effet, l’ancien site sidérurgique marcinellois qui employait un bon millier de personnes est à l’arrêt depuis 2008. Définitivement fermé en mars 2012, il n’accueillait plus aucune activité. Mais un projet de six hectares et de quatre millions d’euros pourrait éviter à l’endroit de devenir un chancre industriel de plus à Charleroi.

En juillet dernier, un plan de relance partielle du site carolo était sur la table des discussions entre la direction, les syndicats, les autorités carolorégiennes et celles de la Région wallonne. Mais à l’époque, les responsables de Duferco n’avaient pas confirmé l’information. “La filiale Duferco Diversification compte créer un centre de traitement de terres polluées le long de la route de Mons”, précise les responsables du projet. “Cette démarche s’inscrit dans un vaste programme de reconversion du site sidérurgique.”

Mercredi dernier, les riverains ont été conviés à une première réunion d’informations. La ville et les responsables de la Région wallonne étaient invités à l’événement (lire ci-dessous). “On aimerait introduire une demande de permis dans le courant du premier trimestre 2013.”

Le projet pourrait permettre de créer 20 emplois, à terme. Mais dans un premier temps, on parle d’une dizaine de nouveaux jobs. “Il existe déjà un centre du même type à Clabecq. Nous avons fait breveter une technique qui permet de traiter les déchets de manière thermique. À l’avenir, si le projet carolo se réalise, on pourrait rassembler les deux activités sur un même site.”

Le centre serait installé sur l’ancienne agglomération de Carsid, au niveau de la Porte 4, qui servait à l’époque de zone de préparation mécanique. “Il pourrait traiter jusqu’à 200.000 tonnes par an. On parle de déchets biologiques, thermiques et du lavage de terres.” La Région wallonne encourage les sociétés à assainir leurs sites. “Le centre pourrait traiter les terres polluées de Carsid mais également d’autres en Wallonie. Il faut savoir que pour l’instant, c’est surtout la Flandre qui s’occupe de cela. On pourrait devenir le pôle wallon en la matière, dans le futur.”

Une étude d’incidences doit encore être réalisée, avant que le projet puisse prendre forme. Duferco espère pouvoir débuter sa nouvelle activité à partir de 2014.



© La Dernière Heure 2012