Le collège communal de Charleroi vient de valider ce mardi matin 63 nouvelles extensions (ou créations) provisoires de terrasses pour l'Horeca, dans le cadre du "plan terrasse" lancé le 9 mars dernier en prévision d'une reprise estivale.

L'appel est par ailleurs relancé par les autorités communales, après cette première salve: "Même ceux qui n'ont pas encore fait de demande, ou qui ont l'impression qu'il leur est impossible de trouver un espace pour créer une terrasse peuvent nous contacter, ensemble on pourra peut-être trouver une solution", explique-t-on au cabinet de l'échevine du commerce, Babette Jandrain (PS). Il se peut, en effet, que Charleroi soit propriétaire d'un terrain à quelques dizaines de mètres, ou qu'une "privatisation" de l'espace public soit envisageable.

Des portions d'espace public, tels que des places, des trottoirs voire des portions de voirie (places de parking, notamment) peuvent être réservées pour les cafetiers et restaurateurs qui veulent créer ou agrandir leur terrasse. Seules contraintes: rempiler soi-même chaises, tables et tonnelles éventuelles tous les soirs - et bien sûr respecter les mesures sanitaires. Aucun mobilier urbain communal n'est par contre mis à disposition de l'Horeca, mais on nous indique que la possibilité est envisagée, "notamment pour ceux qui n'ont pas de terrasse en temps normal".

Au-delà du plan terrasse, où un fameux coup d'accélérateur a été mis en place par l'administration pour évaluer chaque situation individuellement - et la faisabilité de l'extension, il faut aussi rappeler que Charleroi a mis des fonds pour tenter d'aider le secteur Horeca. "On a accordé près de trois millions d'euros d'aides depuis le début de la crise sanitaire", rappelle le cabinet Jandrain en réponse à notre question. "Il y a eu deux salves d'aides compensatoires, liées à la taille de l'établissement et au nombre d'équivalents temps-plein qui y travaillent, il y a eu des exonérations de taxes (s'il n'y a pas de taxe "terrasse" à Charleroi depuis des années, celles liées aux débits de boisson, à la force motrice, aux bars et à la petite restauration ont sauté, NdlR), il y a eu des primes terrasses pour aider à financer le coût des extensions, et il ne faut pas oublier tout le pan "Carol'Or" (monnaie locale) pour inciter les gens à dépenser ces chèques dans le secteur Horeca".

Le formulaire pour entrer une demande est disponible via le site de la Ville: https://www.charleroi.be/formulaire/extensiontemporairedeterrasse