La 11e chambre correctionnelle du tribunal correctionnel de Charleroi a, encore une fois, eu droit à l’examen d’un dossier de coups et blessures volontaires et menaces. Cette fois-ci, c’est le comportement de Philippe, originaire de Châtelet, qui est pointé du doigt.

Et c’est la propre mère de Philippe qui occupe le rôle de la victime. La pauvre femme, d’un âge avancé, subit la violence de son fiston dès qu’il est ivre. Oui, l’alcool est le péché mignon de Philippe, mais aussi de la maman. Il n’est pas rare que cette dernière envoie son fils recharger le frigo de bières au magasin du coin. Alors, pour Philippe, il est difficile de résister à la tentation.

À plusieurs reprises en 2019, Philippe a porté des coups et menacé sa mère. Dès qu’il est imbibé, Philippe se montre violent envers sa victime préférée. Au départ, Philippe aurait pu échapper à une comparution devant le tribunal correctionnel. Mais il n’a pas donné suite à la médiation pénale proposée par le parquet.

Ce vendredi, Philippe, représenté par Me Laurent, est en aveux des faits. Depuis les événements, les tensions entre la maman et le fiston semblent avoir disparu. "D’ailleurs, la mère n’en veut pas à son fils et elle souhaitait même venir devant vous pour retirer sa plainte", explique la défense.

Pour le substitut Bury, le sursis probatoire, avec l’abstention de consommer de l’alcool, est la meilleure option pour stopper le comportement violent de Philippe. Pourtant, ce dernier a précisé dans ses auditions être dans l’impossibilité d’arrêter de boire. Jugement pour le 11 décembre.