En l’espace de quasiment un an de temps, Antonio semble avoir manqué de chance dans sa vie lorsqu’il a croisé la route de deux groupes, à Dampremy et à Jumet. Et pour cause, puisque lors de ces deux scènes, le trentenaire s’est senti agressé. Tout d’abord, le 6 juin 2020, Antonio est parti faire une balade à Dampremy. Sous l’influence de la boisson et de médicaments dérivés de la morphine, Antonio a croisé la route d’un groupe de jeunes dans un parc.

« J’ai été suivi par le groupe. Puis, en face de moi, j’ai vu une armoire à glace. J’ai reçu un coup de pied dans mon dos et en paniquant j’ai sorti un stylo-lame », confie Antonio. Ce dernier a porté trois coups à deux mineurs, âgés de 15 et de 17 ans au moment des faits. Le 14 mai 2021, le scénario se répète. Antonio croise la route d’un groupe occupé à écouter de la musique à Jumet.

« Tout d’un coup, je ne sais pas ce qu’il s’est passé. J’ai vu trois personnes venir vers moi. J’ai paniqué et j’ai porté un coup de poing. » Pour le parquet, ces deux scènes s’apparentent plutôt à des agressions gratuites. Pour la première scène, il n’y a même pas eu de constat de coup au dos d’Antonio.

Vu la gravité des faits et du caractère gratuit de ces derniers, une peine de 18 mois de prison avec sursis est sollicitée. Jugement le 18 janvier 2022.