Ils sont apparemment passés à tour de rôle et des vidéos ont circulé sur Messenger.


Marc (prénom d’emprunt), 26 ans, comparaît devant le tribunal correctionnel de Charleroi pour des faits horribles et écœurants sur la jeune Kimberley (prénom d’emprunt), âgée d’à peine 15 ans.

Le 23 juillet 2017, la jeune fille prétexte aller voir une copine à sa maman. En réalité, Kimberley va voir son petit ami, à peine plus âgé qu’elle. Ce dernier rejoint sa copine avec trois amis, dont Marc, seul majeur de la bande et âgé de 24 ans au moment des faits. La jeune ado confie ne pas avoir d’endroit où dormir cette nuit. Le quatuor trouve une solution et se rend dans un hôtel de la région.

Marc réserve deux chambres. Dans une d’entre elles, Kimberley et son petit ami ont une relation sexuelle. "Après avoir conclu" comme le déclare le petit ami dans ses auditions, il traverse le couloir et rejoint ses amis, occupés à fumer et à boire. 

Les deux autres mineurs entrent alors dans la chambre et s'en prennent à Kimberley. Marc se permet d’ouvrir la porte afin de filmer les faits. Dans ses auditions, Marc précise aussi être entré dans la chambre, avoir embrassé la jeune fille et s’être fait masturber.

Mais face au tribunal, Marc n’admet pas l’attentat à la pudeur avec Kimberley. Cette dernière porte plainte le lendemain des faits, précisant avoir un "trou noir sans se souvenir du reste de la soirée." Mais il confirme avoir filmé trois petites vidéos, avant de les envoyer aux autres participants sur Messenger.

Le ministère public a requis une peine de 4 ans de prison, sans s’opposer à un sursis probatoire partiel, pour attentat à la pudeur : c'est à dire un acte sexuel forcé, sans consentement, et sans pénétration. 

Jugement, le 10 mars prochain.