Mais lors de la fête de la Madeleine, à Jumet, en juillet 2019, il a posé des gestes graves: bénévole dans un centre pour handicapé, il s'en est pris lors des festivités à la jeune Océane, 21 ans, en chaise roulante. Il a tenté de l'embrasser, et quand elle a refusé il lui a agrippé les seins pour la tripoter. Deux policiers, prévenus par des proches, ont été obligé de le coucher par terre pour le maîtriser, en lui tenant la tête pour éviter qu'il ne les morde.

"J'avais un peu bu, ça a dérapé", dit Marino au tribunal correctionnel ce jeudi. Il semble d'ailleurs avoir plus peur de la prison qui lui pend au nez - il est en conditionnelle, on le rappelle - que de réellement s'en vouloir pour ses actes. "Je m'excuse", dira-t-il tout de même, avant de laisser la parole à son avocat... qui s'est lancé dans une défense tout ce qu'il y a de plus odieuse: "il vous l'a dit, il avait bu, et puis... ce n'était pas une gamine non plus", a osé dire Me De Moreau, faisant bondir le substitut Brichet au ministère public.

"Je ne peux pas accepter ça", s'est emporté le substitut avant de retrouver son calme. Il a rappelé qu'il s'agissait d'un "acte odieux", passible de 5 ans de prison, avant de requérir une peine de 30 mois. Il faut dire que lui et son avocat semblent minimiser les faits, on rappelle que l'intimité et l'intégrité physique d'une jeune fille a été atteinte contre son gré, par un homme assez âgé pour être son père. Qui plus est, la jeune fille est considérée comme "vulnérable", aux yeux de la justice, puisqu'elle est handicapée.

Marino B. n'a plus droit au sursis probatoire. Le tribunal va examiner s'il peut prononcer une peine de travail ou une peine de probation autonome, parce que comme l'a dit son avocat, "sa place est-elle vraiment en prison?". Le juge Davio a tout de même tenu à rappeler à Marino la gravité de sa situation, au-delà des faits: "vos passages devant la justice sont loin d'être anodins, tout le reste de votre vie il y aura cette condamnation d'assise qui pèsera, et c'est bien normal!"

Jugement le 6 mai.