Un protocole d’accord a été signé entre le TEC et les syndicats, annonçait le TEC Charleroi sur ses réseaux sociaux ce week-end. 

En effet, vendredi et samedi, les dépôts avaient été bloqués par la CGSLB (syndicat libéral) suite à l’affichage des horaires des cars privés, que le TEC a requis en renfort pour ses lignes, puisque les bus ne peuvent pas être trop bondés en raison de la crise sanitaire. Les travailleurs s’étaient alors inquiétés du spectre de la privatisation que cela entraînait. 

Aucun bus ni métro n’avait roulé vendredi, et la situation était difficile samedi aussi. 

L'accord prévoit une semaine de délai pour l'entrée en service des bus privés, et cette entrée se fera après une analyse des lignes (si un bus est trop rempli, régulièrement, un bus privé passera aussi), avec un suivi de la situation hebdomadaire.