Si Nadia a agi de la sorte en 2018 et 2019, c'est parce que cette dernière ne savait plus quoi faire face à ses problèmes financiers. « J'avais un loyer de 800 euros, sans charges. Après, je suis tombé malade et j'ai eu un cancer. Je ne savais plus quoi faire. Je suis tombé dans un engrenage et je devais me nourrir ainsi que mes filles. »

Le 18 juillet 2018, au Aldi de Morlanwelz, Nadia s'est fait pincer en tentant de repartir avec un gel douche et des blocs de parmesan, pour 40 euros. Un an plus tard, en octobre 2019, cette dernière a volé des crevettes, du beurre et un saucisson italien dans deux enseignes différentes, le même jour.

Aucune violence

Deux autres vols, avec violence, sont également reprochés à la mère de famille. Le 26 mars 2018, Nadia confirme avoir été interpellée par le garde de sécurité du magasin Aldi à Charleroi. Et d'après l'agent, la voleuse l'a menacé et frappé. « C'est faux. Il est arrivé et c'est lui qui m'a soulevé. Il était comme fou, il a même craché sur la voiture », se défend Nadia.

Pareil pour le vol de plusieurs boîtes de thon commis dans un Intermarché, le 21 mai 2018. « Je n'ai jamais agressé cette dame. Et je ne suis même pas revenu sur les lieux après, comme elle le prétend. »

Une menace similaire

Pour le parquet, Nadia a bel et bien exercé des violences. La substitute Coduys se repose, notamment, sur une menace totalement identique proférée au garde et à l'employée de l'Intermarché. « Les deux personnes ne se connaissent pas et ne travaillent pas du tout ensemble, mais évoquent la même menace. » Melinda, la fille de Nadia, est poursuivie pour les faits liés à l'agent de sécurité sur le parking du Aldi. Elle confirme les propos de sa maman, tout en soulignant qu'elle n'était pas au courant de ses intentions de commettre un vol.

Une peine de minimum un an de prison est requise contre la mère de famille. Pour Melinda, la peine à prononcer est laissée à l'appréciation du tribunal. Me Paridaens, à la défense de Nadia, plaide un sursis simple tout en contestant la circonstance aggravante de violence lors des deux vols. Me Beelen plaide un acquittement au bénéfice du doute pour Melinda.

Jugement le 8 février.