Le président de l’Olympic revient sur le succès de ses hommes et il parle du futur de son club.

Adem Sahin n’est pas le président le plus exubérant du monde du football. Plutôt discret, l’homme ne parle que quand cela est nécessaire. Le titre constituait une belle occasion de lui poser certaines questions afin d’en savoir plus sur ce club qui truste les titres. "Je suis très heureux", lance l’homme d’affaires. "Le club a réussi son pari. On a vécu une belle rencontre. Je tiens à féliciter Châtelet, pour le derby."

Avec près de 2.000 spectateurs à la Neuville, le président s’est rendu compte du véritable potentiel de son club. "C’est ce qu’on attendait. Ce n’est qu’un début. J’espère, avec la montée en D2 amateurs, que nous allons réussir à attirer de plus en plus de monde dans notre stade."

Avant le coup d’envoi de la saison, le président avait déclaré clairement ses ambitions. Au final, il a réussi son pari. "J’étais confiant. Je connais le groupe et le staff. Ils se donnent toujours à 100 %. Mais, attention, ce titre ne fut pas simple à décrocher. Au moment de la relégation en P1, je n’ai pas eu envie d’abandonner. J’ai simplement pensé qu’il serait nécessaire de tout reconstruire et donner de la confiance à tout le monde. Le groupe est resté. Le public était là également. C’était le début de notre succès."

Sur les deux dernières saisons, l’Olympic a tout gagné ou presque. Autant de victoires et un groupe de qualité, cela a un coût qui n’est pas toujours simple à assumer. "Vous évoquez les retards de paiement. Je pense que les joueurs ont répondu pour moi. Il y a eu un bloc de la part du groupe. C’est la preuve qu’il nous fait confiance. Comme dans tous les clubs, il y a parfois des imprévus. Mais il n’y a jamais eu un grave souci financier. Mais quand vous gagnez tout durant deux saisons consécutives, il y a des calculs à faire."

L’année prochaine, le club sera ambitieux. Mais pour être solide, le président pourrait se tourner vers d’autres actionnaires. Des entrepreneurs, à titre d’exemples, comme Simon Bullman ou Alain Gaume seraient de bons soutiens. "Je suis un homme qui a de l’ambition. Je veux amener l’Olympic le plus haut possible. Je suis donc ouvert à toutes les aides ou les conseils pour le bien du club. C’est le projet qui compte. Nous allons rencontrer l’entraîneur pour discuter du noyau. Il en est content. Ensuite, on verra les joueurs et les renforts éventuels. Mon objectif est d’atteindre la D1 amateurs dans les deux ans."