Le syndicaliste était en tête de cortège pour la commémoration de la tuerie de 1886 pour évoquer le sort des 187 travailleurs d’AGC Fleurus.

"Ils étaient encore plus de 1000 sur le site, à la fin des années 1990. Ils ont subi cinq restructurations sur les 20 dernières années. Les discussions avec la direction d’AGC restent informelles. Une possibilité de maintenir une activité sur le site, sous une autre bannière qu’AGC a déjà été évoquée", rappelle Carlo Briscolini

"Mais le front commun syndical a déjà été clair avec la direction d’AGC: s’il y a de réelles pistes, si ce n’est pas uniquement de la rhétorique dans l’espoir d’adoucir les mœurs des travailleurs et de temporiser, alors nous exigeons de savoir de quoi il en retourne exactement avant les grandes vacances de cet été".