Comme de coutume à chaque audience de la CTT, de nouvelles personnes ont intégré le programme, dont Alex. Ce dernier a été surpris par des policiers qui se sont rendus chez lui dans le cadre d’un autre dossier. Finalement, les agents ont découvert une maison transformée en véritable culture de cannabis avec 82 pots de terreau, des plants de cannabis et des branches qui séchaient au plafond du grenier. Sans oublier les lampes, l’extracteur d’air et le compteur électrique trafiqué.

Alex confirme avoir craqué après avoir connu la maladie, le divorce et d’autres ennuis personnels. « Au début, j’achetais à d’autres personnes, mais ensuite j’ai commencé ma culture pour pouvoir la fumer », confirme Alex, qui n’a jamais vendu sa production. S'il mène à son terme son suivi au sein de la CTT, il échappera à la peine dissuasive d’un an de prison requise par le parquet.

Tom et Marc, frères jumeaux âgés de 22 ans, ont vendu 8 grammes par semaine et détenu du cannabis durant un an, avant de se faire surprendre dans un véhicule avec le matériel nécessaire pour la vente. Les deux jeunes hommes, intégrés au sein de la chambre le mois dernier, continuent à prouver leur abstinence et poursuivent leur évolution positive.

Jean, intégré au sein de la CTT en décembre dernier, avait été contrôlé au volant de son Opel Astra par la police à Manage en octobre 2019 avec quelques grammes sur lui. Le quadragénaire est poursuivi pour la vente et la détention de cannabis, d'ecstasy, de cocaïne et de MDMA. Ce dernier doit prochainement intégrer l’ASBL Trempoline pour y entamer un suivi.

Nicolas, vendeur et consommateur de cocaïne et cannabis, a intégré le programme en août 2020 et continue ses efforts. Compte tenu de son évolution favorable et sans accroc, la fin du programme est de plus en plus envisagée. Le 18 mai prochain, un bilan sera effectué pour envisager la fin de la CTT.

Les autres membres comparaîtront eux le 20 avril prochain.

* à la demande du parquet, les prénoms ont été modifiés.