De plus, le meurtrier a remis l'arme du crime, un couteau, à la police. C'est bien le sang de la victime qui se trouvait sur le couteau mais aussi sur les vêtements du tueur, les chaussures du meurtrier, ainsi que sur le tapis de sol, côté conducteur, de sa voiture.

Le meurtrier a aussi confié son crime à sa compagne et à un tiers, lesquels sont venus témoigner devant la cour.

Le jury note que le meurtrier a usé du même mode opératoire qu'en août 1996, quand il a tué un homme. Ce vol avec circonstance de mort a été condamné d'une peine de vingt ans de réclusion criminelle en 1998. Alexandre Daunno a passé dix-neuf ans en prison.

Enfin, les jurés n'ont eu aucun doute sur l'intention d'homicide en raison de l'arme utilisée (un couteau), du nombre de coups "saccadés avec force" et de la localisation des coups (le cou). Les coups ont provoqué une hémorragie externe importante car d'importants vaisseaux sanguins ont été sectionnés.

Le débat sur la peine aura lieu dans la foulée.