En état de récidive, Alexandru, originaire de Roumanie, avait été condamné le 22 janvier dernier à 18 mois de prison ferme par défaut. C’est lors de son arrestation que le trentenaire avait été avisé de sa condamnation.

Le 15 novembre 2017 et le 21 mars 2018, Alexandru avait admis être l’auteur de coups sur Christelle. Pour le harcèlement entre avril et août 2018, Alexandru jurait, par contre, ne pas être impliqué. Christelle avait délivré à la police une liste de nombreux appels reçus en provenance de Roumanie, dont 19 appels sur un seul jour. Christelle avait également reçu des appels en provenance du numéro de téléphone d’Alexandru.

La substitut Broucke estimait la peine de 18 mois de prison ferme prononcée en janvier dernier adéquate. Et l’attitude d’Alexandru devant la police ne l’aidait pas. "Devant les policiers et le magistrat instructeur, il a expliqué "trouver ça normal de frapper sa compagne." Une peine de travail était toutefois envisagée, uniquement si le tribunal prévoyait une peine subsidiaire de 18 mois de prison si Alexandru n’exécute pas l’entièreté de sa peine de travail.

Lors de son jugement, le tribunal correctionnel a suivi le réquisitoire du parquet en octroyant une peine de travail de 150 heures à Alexandru. Une peine de 18 mois de prison est prévue s’il n’exécute pas sa peine de travail.