En débarquant chez nous sans le moindre papier, Ali voulait trouver un travail sur des chantiers ou percer dans le football. Au final, le jeune marocain a trouvé un job illégal en vendant de la cocaïne et de l'héroïne. Le 28 janvier dernier, les policiers carolos ont interpellé le vendeur après avoir assisté à un drôle d'échange entre Ali et un client. Contrôlé, l'acheteur confirme avoir acheté une boulette d'héroïne au prévenu.

Ni une, ni deux, Ali est contrôlé boulevard Jacques Bertrand. Une boîte aux lettres, qui lui servait de planque pour sa marchandise, est fouillée. Cinq boulettes d'héroïne et douze boulettes de cocaïne sont retrouvées. Sans trop de difficulté, Ali reconnaît la vente de produits stupéfiants depuis quelques jours.

Comme de coutume dans ce type de dossiers, le parquet requiert une peine de 18 mois de prison. Un sursis simple est plaidé par Me Luambua, intervenant pour Me Beia, pour le jeune homme qui a quitté son Maroc natal il y a 10 mois. Jugement le 24 mars prochain.